Les bombardements et les combats au sol reprennent brutalement au Yémen

Les bombardements et les combats au sol reprennent brutalement au Yémen© Stringer Shanghai Source: Reuters
Des combats à Aden

Le ministre yéménite des Affaires étrangères a rejeté l’appel aux négociations lancé par l’ancien président Ali Abdallah Saleh et déclaré que l’opération militaire contre les Houthis n’est pas terminée.

L’ex-président Saleh, dont les loyalistes ont combattu aux côtés des rebelles houthis à l’origine de l’insurrection qui a fait fuir le gouvernement central, s’est manifesté vendredi par un appel à tous les Yéménites à revenir au dialogue politique et à trouver une solution au conflit armé.

Le ministre des Affaires étrangères Riyad Yaseen a condamné cet appel, le qualifiant de «déplacé et d’inacceptable au vu des destructions causées par l’ex-président».

Le haut-responsable yéménite s’exprimait depuis Riyad dans le sillage d’une vague de bombardements, de tirs d’artillerie navale et de combats au sol sans précédent depuis le début de l’intervention arabe au Yémen en mars dernier.

Entretemps, les combats ont repris de plus belle samedi dans la nuit et duré jusqu’à dimanche après-midi dans Taiz, troisième plus grande ville du pays qui représente une grande importance stratégique. Les rebelles houthis ont été repoussés après l’avoir tenue pendant un mois.

«Des affrontements acharnés ont éclaté entre les rebelles houthis et les milices tribales fidèles au président à l’intérieur de quartiers densément peuplés à Taiz, beaucoup de bâtiments ont été ravagés par les obus», ont rapporté des responsables locaux à l’agence chinoise Xinhua sous couvert d’anonymat. Les obus tirés depuis des chars ont fait au moins 15 morts et plus de 25 blessés d’après l’agence.

Une source proche des forces houthistes citée par l’agence chinoise a déclaré que «les milices du président Hadi ont lancé des attaques sur des unités de sécurité et pris pour cibles trois avant-postes dans le centre-ville de Taiz. Les soldats ont été contraints de répondre par souci de protection des institutions étatiques».

Entretemps, des milliers de miliciens houthistes équipés de chars d’assaut se sont mobilisés dimanche pour se jeter dans la bataille contre les forces du président dans la province de Marib, riche en pétrole et en gaz naturel, ont indiqué les fonctionnaires yéménites cités par Xinhua.

La campagne de la coalition arabe qui dure au Yémen depuis le 26 mars a emporté la vie de centaines de civils. Les Nations Unies ont rapporté qu’au moins 115 enfants ont été tués et 172 blessés. Le conflit au Yémen, selon l’Organisation mondiale de la santé, a fait plus de mille morts.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»