Grande-Bretagne : le ministère de l'Intérieur aurait «refusé d'interdire la visite de Marine Le Pen»

Source: Reuters

Les pro Brexit avaient demandé à la ministre britannique de l’Intérieur Theresa May d’interdire d’entrée au Royaume-Uni la présidente du FN. Theresa May refuse de se prononcer mais pour certains cela signifie qu'elle refuse de bloquer Marine Le Pen.

Le leader conservateur eurosceptique Iain Duncan Smith en est persuadé : si Theresa May ne se prononce pas sur la question, c'est qu'elle n'est en réalité pas favorable à interdire l'entrée au Royaume-Uni à la présidente du Front National, «en raison des lois européennes» rapporte The Express

Gisela Stuart, la coprésidente de la campagne officielle «Vote Leave» en faveur du vote pour une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne au référendum du 23 juin, avait en effet demandé à la ministre de «refuser l’entrée» de la dirigeante du parti français d’extrême droite, du fait de «ses opinions extrémistes», évoquant une visite prévue pour «mai» de Mme Le Pen.

Interrogée dimanche sur cette lettre au cours d’une interview sur la BBC, Theresa May a refusé de dire quelle suite elle allait lui donner, rappelant qu’elle ne s’exprimait pas «sur des cas individuels». Iain Duncan Smith traduit cela par un refus pur et simple de la part de la ministre de l'Intérieur, sous-entendant que si elle n'interdisait pas, c'est «qu'elle ne le pouvait pas», et donc qu'elle ne maitrise pas ses frontières. 

En Grande-Bretagne, les eurosceptiques et ceux qui soutiennent le Brexit craignent en effet d'être associé au Front National français, qui leur a exprimé son soutien à plusieurs reprises, malgré des positions similaires sur l'UE. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales