Irak : face à Daesh, 250 femmes choisissent la mort plutôt que l'esclavage

Encore un massacre de la part du groupe Etat islamique. Source: Reuters
Encore un massacre de la part du groupe Etat islamique.

La ville irakienne de Mossoul a été le théâtre d’un véritable massacre. Le groupe Etat islamique a assassiné 250 femmes qui ont rejeté des «mariages temporaires». Une autre appellation pour désigner la mise en esclavage sexuel.

Le carnet des horreurs de Daesh s’est à nouveau écrit en lignes de sang. Dans leur bastion de Mossoul, au nord de l’Irak, les djihadistes font la loi. Quand ils demandent aux femmes de dire «oui» à des «mariages temporaires», elles n’ont que deux choix : mourir debout ou accepter l’esclavage. Selon Saïd Mamuzini, membre du Parti démocratique du Kurdistan, 250 d’entre elles ont refusé. Elles ont été exécutées, parfois avec leurs familles, pour avoir dit «non».

Mossoul, l’enfer des femmes

Un responsable d’un autre parti kurde, l’Union patriotique du Kurdistan, explique qu’à Mossoul, les femmes n’ont pas l’autorisation de sortir seules. Quand elles mettent un pied dehors, elles doivent porter un voile intégral. Le rêve de pouvoir librement choisir un mari s’est envolé. Depuis 2014, le groupe Etat islamique contrôle la ville et y fait régner la terreur.

En savoir plus : Esclaves sexuelles – mode d’emploi : les documents choquants de Daesh retrouvés à Palmyre

En août 2014, dans la région Sinjar, au nord de l'Irak, plus de 500 femmes et jeunes filles de l’ethnie yézidie avaient été enlevées par les combattants de Daesh, pendant que  5 000 hommes environ étaient massacrés. Selon les rares combattants qui se risquent à tenter de les sauver, des douzaines d’entre elles se seraient suicidées, épuisées de vivre dans un tel enfer.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales