Esclaves sexuelles – mode d’emploi : les documents choquants de Daesh retrouvés à Palmyre

Source: Reuters

En quittant la ville à la hâte, les djihadistes ont laissé derrière eux des documents, parmi lesquels l’armée syrienne a notamment retrouvé un guide expliquant comment acheter une esclave sexuelle.

Un message choquant, mais qui correspond à la dure réalité qu’ont vécue des milliers de femmes capturées par Daesh, a été saisi par les forces gouvernementales syriennes après la libération de Palmyre, rapporte le Daily Mirror. Selon ce document, dont la photo et la traduction ont été publiées sur Twitter, l’achat des esclaves se déroule selon un système de vente aux enchères.

«Les frères qui désirent acheter des esclaves sexuelles doivent être enregistrés par le chef de leur division. Quant aux combattants en service, ils doivent contacter leur commandant et nous arrangeons tout en 10 jours», peut-on lire dans le texte. Il précise également qu’il est impossible d’accéder à la vente sans y être préalablement inscrit.

«L’argent destiné à l’achat d’esclaves doit être donné dans une enveloppe fermée. Celui qui a offert la somme la plus élevée est obligé de payer», souligne le document.
En Syrie, les djihadistes violent et prennent en otage des femmes qui leur servent ensuite d’esclaves sexuelles. Les femmes sont souvent torturées et contraintes d’avoir des relations sexuelles avec des centaines de terroristes.

Cependant, beaucoup d’autres pays sont impliqués dans le trafic d’esclaves sexuelles pour les terroristes de l'Etat islamique. En septembre dernier, les journalistes du New Indian Express ont révélé que des milliers de jeunes filles originaires du Népal, du Bangladesh ou de l'Inde étaient régulièrement vendues pour servir d'esclaves sexuelles au Moyen-Orient.

Lire aussi : «L’Occident s’est toujours réjoui des victoires de Daesh contre le gouvernement légitime de Damas»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales