Le parlement de Bahreïn appelle le gouvernement à attaquer l'Iran

Source: Reuters

Suite à une attaque contre les forces de sécurité du pays, le parlement de Bahreïn a produit mardi un communiqué exhortant à déclarer la guerre au géant perse et à son vassal libanais le Hezbollah.

Accusant l'Iran et le Hezbollah de faire règner la terreur dans les Etats arabes, le parlement bahreïni a vivement conseillé aux iraniens et au Hezbollah de «cesser leurs opérations de déstabilisation qui portent atteinte à la sécurité nationale du pays pour servir leurs intérêts».  

Ce communiqué du parlement fait suite à un autre communiqué, issu pour sa part des forces de défense de Bahreïn, qui dénonçait une attaque terroriste ayant eu lieu mardi matin dans un village au nord de Karbabad. L'attentat visait les forces de sécurité qui protégeaient le village, et a provoqué la mort d'un policier et blessé deux autres. 

Très échaudées par cette attaque, les forces de Défense se disent prêtent à en découdre avec les terroristes qui les menacent. Sous-entendant que l'attaque était téléguidée par l'Iran ou son proxy libanais et assurant son soutien aux forces armées, le parlement a surrenchéri et propose de «frapper les terroristes d'un poing d'acier», afin de décourager quiconque envisagerait de s'en prendre à Bahreïn. 

L'Iran : «pire pour le Golfe qu'Israël»

Ces déclarations interviennent alors que les tensions entre l'Iran et Bahreïn sont à leur paroxysme. Outre les tensions religieuses, les clash diplomatiques se sont en effet multipliés ces derniers temps entre les deux pays, notamment après que le Behraïn a rappelé son ambassadeur en Iran, après la découverte d'une usine de fabrication de bombes suspectée d'avoir été établie par les Gardiens de la Révolution iraniens. 

En mars, un des commandants des Gardiens de la Révolution avait par ailleurs suggéré que l'Iran annexe Bahraïn, provoquant la panique dans l'Etat du Golfe et poussant le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn à déclarer que l'Iran représente une menace pire qu'Israël pour les pays du Golfe. 

Pour tenter d'apaiser les tensions entre le monde sunnite et chiite, le président Obama est arrivé ce matin en Arabie Saoudite afin de rassurer Riyad sur ses relations avec Téhéran. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales