Hollande : aucune décision sur les Mistrals

François Hollande et Vladimir Poutine
François Hollande et Vladimir Poutine

Suite à la rencontre entre le président français et son homologue russe intervenue en marge du 100ème anniversaire du génocide arménien à Erevan, François Hollande a déclaré qu’aucune décision sur les navires de type Mistral n’avait été prise.

«En ce qui concerne les Mistral nous n’avons pas pris de décision pour l’instant soit les navires sont livrés, soit les montants versés sont remboursés sous une forme qui reste à déterminer», a indiqué le président français.

François Hollande avait déjà évoqué la situation des Mistral le 22 avril, soulignant que leur livraison dans les conditions actuelles restait impossible. Le président a aussi fait comprendre que la France ne s’opposerait pas au remboursement des sommes avancées par la Russie en cas de non-exécution du contrat de vente.

L’affaire de la livraison des Mistral dure depuis le 3 septembre 2014. Le premier navire devait être remis à la Russie en octobre 2014, mais suite à la crise ukrainienne le président français a suspendu la livraison. La livraison du second est prévue pour le 1er novembre 2015. La somme des dommages et intérêts en cas de non-exécution du contrat pourrait s’élever à trois millions d’euro.

Pour sa part, le président russe avait indiqué au cours de sa 16ème session annuelle de questions-réponses avec la population russe qu’il n’avait pas l’intention d’exiger de dommages et intérêts en cas de non-livraison des deux porte-hélicoptères Mistral. «Toutefois je veux dire que le gouvernement français actuel et les français eux-mêmes sont des personnes honnêtes et ils nous rendront notre argent. Nous n’avons pas l’intention d’exiger de dommages et intérêts, il faut, malgré tout qu’ils nous remboursent tous les frais que la Russie a avancés», a-t-il souligné.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales