Onze ans plus tard, Trudeau veut ramener la Canada dans le bouclier antimissile américain

Source: Reuters

Après le refus du premier ministre libéral Paul Martin de se lancer dans des dépenses de plusieurs milliards pour satisfaire George W. Bush et son fameux bouclier antimissile, le Canada ramène maintenant la question à l’ordre du jour.

Le gouvernement Trudeau se pose à nouveau la question de sa participation au programme, et deux des trois principaux partis de l'opposition sont d'accords avec l'idée d'y réfléchir. Le parti Conservateur et le Bloc québécois n’ont pas tranché fermement sur la question, mais croient que le gouvernement libéral fait bien de réétudier cette question stratégique. Seul le Nouveau Parti Démocratique (NPD) nie cette nécessité, pendant que le ministre national de la défense, Harit Sajjan parle d’ouvrir une discussion large et ouverte, en raison de l’évolution de la menace des missiles balistiques ayant le potentiel de nous atteindre dans la relative sécurité de l’éloignement de l’Amérique du Nord. Le député néo-démocrate Alexandre Boulerice, déclara à la Chambre des communes : «Ils veulent revoir notre rôle dans le système de Star Wars qu'on a rejeté il y a maintenant dix ans. Est-ce que le premier ministre ne pourrait pas se contenter d'aller voir La Guerre des étoiles au cinéma ? Pourquoi veut-il embarquer la population dans une gamique inutile, qui va nous coûter des milliards de dollars?».

Les temps ont changé

Le chercheur David McDonough à l'ICAD fait valoir que la situation a changé depuis que le gouvernement de Paul Martin a choisi en 2005 de ne pas participer au bouclier antimissile de Bush. «L'OTAN a déjà accepté une défense de bouclier antimissile en Europe en 2010, nous avons accepté de facto cette situation». McDonough pense donc que le Canada doit participer, comme membre du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD). «C'est dans notre intérêt de savoir ce que les États-Unis font. Ils pourraient nous protéger - et je doute fortement qu'ils ne le fassent pas, mais il n'y aurait pas de garantie.»

Mais la question est simple: puisque les États-Unis n'ont plus besoin d'utiliser le territoire canadien comme à l'époque de la Guerre Froide pendant la gouverne de Ronald Reagan, le Canada devrait-il se lancer dans des dépenses de plusieurs milliards pour des systèmes de détection antimissiles américains maintenant situé dans l'espace?

Qui menace le Canada au juste?

L’accord de Genève sur le programme nucléaire iranien P5+1 est venu démontrer hors de tout doute que l’Iran n’avait aucun intérêt pour le développement de missiles nucléaires, ce qui allait même à l’encontre de leurs convictions religieuses, selon une fatwa (un décret public et religieux) émise par le leadeur suprême l’Ayatollah Ali Khamenei.

Cette fois-ci, la menace viendrait de la Corée du Nord, où les États-Unis exercent une pression soutenue en rassemblant des troupes importantes ; aux quelques 28500 soldats américains en place depuis 5 ans sont venus s'ajouter 4000 soldats supplémentaires en février 2016 en Corée du Sud. L'autre menace serait la Russie, qu’on accuse d’exercer des pressions internationales, pendant que l’OTAN soit en train de littéralement cerner ce pays en déployant des troupes un peu partout en Europe de l’Est. Un officiel de l'OTAN a dévoilé à Associated Press que l'organisation prévoyait une brigade de 3000 hommes, déployée dans les états limitrophes à la Russie.

Dans la foulée de ses révisions stratégiques en géopolitique, le gouvernement Trudeau vient de lancer une consultation pour réexaminer la question du bouclier antimissile balistique des États-Unis.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales