A l’aéroport d’Ibiza ? Jamais sans mon sandwich premium

Le 20 avril avant l’embarquement, Azilef Speers a décidé de casser la croûte et commandé un sandwich au jambon. Elle a découvert que le qualificatif «premium» avait une signification bien à elle aux Baléares.

Azilef Speers a payé 6,05 euros pour un sandwich «premium» qu'elle imaginait certainement être un vrai delice. Elle n’aurait jamais pu imaginer qu'il s'agisait concrètement d'un morceau de pain industriel rabougri avec un demi-tranche de jambon et quelques confettis de laitue défraîchie.

Dépitée, Azilef Speers n’avait rien d'autre à faire que de publier la photo de son festin et sa facture sur Facebook.

Lire aussi : La Syrie crée un impôt sur le chawarma pour maintenir son économie à flot

«Vol à l’aéroport d’Ibiza. 6,05 euros pour cette camelote absolue. Faite par le NOUVEAU HOLDING GROUPE. Il est sacrément culotté», s’est-elle lamentée. 

La publication est devenue populaire en quelques heures et a été partagée par quelques centaines d'internautes. Cependant, Azilef n'est pas la première personne à se plaindre des produits servis dans les aéroports. Selon les commentaires à Facebook, c'est un problème universel.

«C’est ça, qu’on vend à la plupart d’aéroports. Basta, arrête de nous dérouter».

«Si tu veux acheter une bouteille d'eau, mais après tu voix combien ça coûte, tu n’as pas plus soif».

 

Selon Billy Orafferrty, «on vend ces sandwiches chez Martin, un mec, qui a modifié une petite boulangerie de son père en magasin, spécialisé dans les sandwiches, il y a 10 ans et est devenu très riche grâce à ces petits morceaux».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales