Daesh détruit l’un des plus importants monuments historiques d’Irak, vieux de plus de 2 000 ans

© Capture d'écran du compte de Twitter

Les terroristes de Daesh continuent de cibler les lieux de cultes et les sites antiques. Cette fois, ses combattants ont détruit la «Porte Mashki», près de la ville de Mossoul, en Irak, qui gardait l’antique ville assyrienne de Ninive.

L’institut britannique pour l’études de l’Irak a confirmé la destruction de l’un des sites historiques les plus importants du pays, connu sous le nom de «Porte Mashki».

Les forces de Daesh ont démoli l’édifice, vieux de plus de  2 000 ans. Cet ensemble de portes était érigé à l'entrée de l'antique ville assyrienne de Ninive pour la protéger des attaques. Des témoins kurdes supposent que les terroristes voulaient en vendre des blocs séparés. Le département irakien de l'archéologie n'a pas nié, pour l’heure, cette information.

© Wikipédia

Lire aussi : L'armée syrienne détruit un poste de commandement de Daesh situé dans un monastère chrétien (VIDEO)

La Porte Mashki a été redécouverte en 1968. C’est l’un des plus grands verstiges de la province de Ninive. La ville était même mentionnée dans la Bible, comme une cité du VIIe siècle avant Jésus-Christ et l’une des plus grandes villes du monde.

«Les combattants de Daesh voient ces tombes qu’ils détruisent en tant que sacrilège et retour au paganisme», a déclaré le chef des antiquités syriennes Maamoun Abdulkarim à ARA News. 

Les terroristes de Daesh démolissent souvent des objets de valeur historique. L’année dernière, ils ont fait exploser la Bibliothèque centrale de Mossoul, ainsi que les temples de Baalshamin et de Baal, deux édifices situés dans l’antique ville syrienne de Palmyre. 

Lire aussi : Une lueur d’espoir : les experts estimeront l'ampleur des dégâts à Palmyre cette semaine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales