Le maire d'Alger invite les politiques français à venir en Algérie...sauf Marine Le Pen !

Source: Reuters

Canular ou expression d'une réelle volonté de ne pas avoir Marine Le Pen sur le territoire algérien ? Hakim Bettache, maire d'Alger, a semé le doute...

«On a vu dernièrement Fleur Pellerin, Jean-Marc Ayrault, Gérard Larcher, Anne Hidalgo, Najat Vallaud-Belkacem, Emmanuel Macron. Dites-leur bien qu'ils sont tous les bienvenus. Même madame Le Pen. Heu, non, peut-être pas elle, quand même…» Hakim Bettache, maire d'Alger, est visiblement ravi du défilé politique qu'a connu sa ville et appelle de ses voeux les élus à s'y rendre. Tous, sauf Marine Le Pen visiblement ! Ironie de l'histoire, aucun déplacement de la présidente du Front National n'est a priori prévu en Algérie précise Europe 1.

Ces derniers temps, de nombreuses personnalités politiques se sont en effet rendues à Alger : outre le dernier déplacement du Premier ministre, l'ambassade de France en Algérie a dû superviser 25 voyages ministériels ces 18 derniers mois rapporte Europe 1. 

Le FN et l'Algérie : une relation tendue

Historiquement compliqués, les rapports entre le Front national (FN) et l'Algérie ne se sont pas arrangés dernièrement. En octobre 2015, évoquant la polémique provoquée par Nadine Morano suite à ses propos sur la France, pays de race blanche, Marine Le Pen avait commenté les propos du général de Gaulle, avec lesquels elle était en désaccord. «Il les a tenus précisément pour justifier son refus de l’Algérie française. Or nous, nous étions pour l’Algérie française car nous considérions qu’au-delà des races et des religions, l’on pouvait être Français pour peu, encore une fois, que l’on se sente Français, que l’on adopte l’Histoire, que l’on adopte la culture, que l’on ait le souhait de participer à un avenir commun, que l’on adopte le mode de vie», avait déclaré Marine Le Pen.

En mars dernier, la présidente du Front National avait par ailleurs accusé François Hollande de violer la mémoire des anciens combattants de la guerre d'Algérie en commémorant le cessez-le-feu du 19 mars 1962.

Manuel Valls non plus n'est «pas le bienvenu»

Manuel Valls faisait partie de la liste d’invités politiques du maire d’Alger. Alors qu’il défilait dans la ville au cours d’une ballade offerte aux officiels étrangers, un citoyen algérien lui a crié qu’il n’était pas le bienvenu en Algérie. L’homme a aussitôt été happé par des membres de la sécurité en civil, pour avoir ainsi signifié au Premier ministre français que sa visite n’était pas désirée.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales