Un comédien allemand risque la prison pour avoir traité Erdogan de pédophile et zoophile

Jan Böhmermann (Source: Wikipédia)
Jan Böhmermann (Source: Wikipédia)

Le parquet allemand a ouvert une enquête préliminaire visant un comédien qui dans un poème a traité à la télévision le président turc Recep Tayyip Erdogan de pédophile et de zoophile.

«Juridiquement, il pourrait s'agir d'une infraction à l'article 103 du code pénal, insulte d'une personne privée visant des représentants ou des organes d'un Etat étranger», un délit passible d'un maximum de trois ans d'emprisonnement, a indiqué le procureur de Mayence, Gerd Deutschler.

Le parquet va demander à la chaîne publique ZDF de fournir l'extrait vidéo en question pour déterminer s'il y a lieu de poursuivre le satiriste Jan Böhmermann. Cependant, pour cela, il faudra que le gouvernement turc réclame officiellement des poursuites pénales. L'enquête préliminaire a été engagée après la réception d'une vingtaine de plaintes à la suite de la diffusion, fin mars, par la chaîne publique ZDF-neo d'un poème satirique lu lors d'une émission comique.

«Ce qu'il préfère c'est baiser des chèvres»

Entre autres vers, Jan Böhmermann, encadré du drapeau turc et d'un portrait d'Erdogan, dit : «Ce qu'il préfère c'est baiser des chèvres et réprimer des minorités. Taper des Kurdes, frapper des chrétiens en regardant des pornos d'enfants. Et même la nuit, au lieu de dormir, c'est fellation avec 100 moutons. Oui, Erdogan tout entier est un président avec une petite queue.»

Le 1er avril, la chaîne ZDF avait retiré la vidéo de sa médiathèque, tandis que la chancelière Angela Merkel, par la voix de son porte-parole Steffen Seibert, dénonçait un texte «sciemment insultant». Jan Böhmermann avait lu son poème en réaction à la convocation par le gouvernement turc de l'ambassadeur allemand pour dénoncer une autre satire diffusée à la télévision sous forme de chanson dénonçant les atteintes aux libertés par le président Erdogan.

Lire aussi : Indésirable, le journal allemand Der Spiegel forcé de rappeler son correspondant de Turquie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales