Abandonné par l'OTAN, un projet conjoint avec la Russie aurait pu prévenir les attentats à Bruxelles

Source: Reuters

Un système de détection d’explosifs élaboré par Moscou et l’OTAN aurait pu identifier les terroristes dès leur arrivée à l’aéroport de Bruxelles. Mais l'Occident a renoncé à ce projet en 2014, en raison de la crise ukrainienne.

Il s’agit du projet STANDEX (Stand-off Detection of Explosives), «visant à détecter, à distance et en temps réel, des explosifs dans les lieux à forte concentration populaire, en priorité dans les espaces de transports en commun : stations de métro, aéroports, gares», a expliqué à l’agence TASS une source proche du projet, à Bruxelles.

«Le système était basé sur l’analyse spectrale des microparticules dans l’air grâce à plusieurs senseurs. Il permettait non seulement de constater la présence d’explosifs, mais aussi de les localiser ou d'identifier leur porteur dans le flot de passagers», a-t-elle poursuivi. Autrement dit, des capteurs très sensibles auraient permis de détecter des explosifs sans avoir besoin d’arrêter le trafic et de contrôler tous les passagers individuellement.

D’après l’expert, un prototype avait réussi les tests dans le métro parisien le 30 octobre 2013. Sa production aurait dû commencer à l’automne 2015 et les premiers systèmes auraient dû être déployés à l’aéroport de Bruxelles, où se trouvent les sièges de l’OTAN et du Parlement européen. «Ce système aurait pu permettre d’identifier de façon discrète les terroristes immédiatement après leur arrivée dans le terminal le 22 mars», a expliqué l’expert.

Cependant, au printemps 2014, après la crise ukrainienne et le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie, l’OTAN a abandonné sa collaboration avec la Russie, y compris sur le projet STANDEX. Les tests finaux, prévus pour l’automne 2014 à Saint-Pétersbourg, n’ont jamais été réalisés.

Les spécialistes russes et ceux de l’OTAN ont commencé à travailler sur STANDEX après une série d’attentats dans les capitales européennes au début des années 2000.

L'aéroport de Bruxelles a été dévasté par un double attentat-suicide le 22 mars dernier. Un troisième terroriste s’est fait exploser un peu plus tard dans une station de métro de la capitale. Au total, ces attentat ont fait 35 morts et 340 blessés.

Lire aussi : Sénateur russe : la Russie a prévenu la Belgique de potentiels attentats

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales