En Arabie saoudite, les exécutions devraient doubler cette année pour battre un sanglant record

Le roi d'Arabie saoudite Salman bin Abdulaziz bien installé dans son fauteuil doré © AFP / SPA Source: AFP
Le roi d'Arabie saoudite Salman bin Abdulaziz bien installé dans son fauteuil doré

82, c’est le nombre de décapitations qui ont eu lieu depuis le début de cette année à Riyad, qui s’apprête à exécuter deux fois plus de prisonniers qu’en 2015, selon les prévisions statistiques d'une organisation de défense des droits humains.

Si la cadence à laquelle les Saouds ont exécuté leurs prisonniers en 2016 se poursuit, le pays devrait atteindre au minimum 320 décapitation à la fin de l’année, battant ainsi son propre macabre record.

En effet, le chiffre représenterait plus du double des 158 prisonniers exécutés par la Monarchie en 2015, statistique qui marquait elle-même déjà une nette augmentation par rapport aux 88 châtiments fatals infligés en 2014.

Cet inventaire inquiétant a été compilé par l’organisation britannique Reprieve qui a, pour ce faire, utilisé les déclarations officielles du gouvernement saoudien, les recoupant avec des informations fiables rapportées par les médias locaux.

Lire aussi : Pour terminer ses exécutions de janvier, l’Arabie saoudite doit encore décapiter quatre condamnés

L’Arabie saoudite, avec qui plusieurs gros contrats d’armements ont été signés en 2015, est un partenaire international privilégié de la France.

Début mars, le président François Hollande avait remis la légion d’honneur au prince héritier Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz Al Saoud à l’occasion de sa visite à Paris. Ce geste fort de la part du chef de l’Etat français visait à remercier l’Arabie saoudite «pour tous ses efforts dans la région et dans le monde dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme», avait rapporté l’agence saoudienne SPA.

En savoir plus : François Hollande a remis la légion d'honneur au prince héritier saoudien, a annoncé Ryad

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales