Oligarque ukrainien : les Etats-Unis à la tête de l’Ukraine l’ont rendue miséreuse

Dmitri Firtach Source: Sputnik
Dmitri Firtach

Dans une interview accordée à Bloomberg, l’oligarque ukrainien Dmitri Firtach, qui aurait activement sponsorisé Maïdan, regrette que Washington gouverne de facto en Ukraine et toutes les conséquences que cela engendre.

«Je n’aime pas que les Américains dirigent l’Ukraine. Peut-être qu’ils sont très intelligents aux Etats-Unis, je n’ai rien contre eux, mais il y a un problème. Il faut comprendre que l’Ukraine est un Etat indépendant. Et je voudrais que l’Ukraine soit gouvernée par des Ukrainiens», a déclaré Dmitri Firtach, un des citoyens ukrainiens les plus riches.

Selon l’oligarque, les Etats-Unis n’ont pas réussi à faire de bonnes choses en Ukraine. «Ils [les Etats-Unis] en ont fait un champ de bataille, ils détruisent tout. Ils l’ont converti en un pays miséreux autant sur le plan économique que politique». Dmitri Firtach a comparé l’Ukraine à la Syrie et estime que «l’histoire est la même».

Le richissime ukrainien qui avait activement pris part à Maïdan (on l’a déjà qualifié de sponsor de Maïdan) a vertement dénoncé les hommes politiques ukrainiens et pense qu’ils ont «mené le pays à la catastrophe». «Il est évident aujourd’hui que l’actuel gouvernement de l’Ukraine est en faillite politique… Il n’y a rien à attendre de ce gouvernement», a-t-il martelé.

Dmitri Firtach n’a pas été avare d’épithètes pour décrire les hommes politiques au pouvoir dans le pays : «Ils ont montré qu’ils sont incapables, impuissants et ne peuvent rien faire sans leurs conseillers médiatiques. Ils sont des pantins».

En savoir plus : La société du fils de Joe Biden continue d’acheter des actifs gaziers en Ukraine

L’oligarque ukrainien, dont la fortune dépasse les trois milliards de dollars, occupe la quatrième place parmi les gens les plus riches d’Ukraine. Il a été arrêté en mars 2014 à Vienne à la demande du FBI et accusé de corruption lors d’investissements en Inde. Les Etats-Unis ont réclamé l’extradition de l’Ukrainien, mais l’Autriche a estimé que Washington avait des raisons politiques et l’a libéré pour une caution de 123 millions de dollars.

C’est à Vienne que l’oligarque en disgrâce a accordé une interview à Bloomberg, soit dit en passant en langue russe.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales