Evacuation des Américains présents en Turquie

Evacuation des Américains présents en Turquie Source: Reuters

Invoquant des raisons de sécurité, le Département d’Etat et le Pentagone ont ordonné l'évacuation de leur personnel, ainsi que des citoyens américains se trouvant dans les villes d’Adana, Izmir, Mugla et dans la base aérienne d’Incirlik.

Cette décision «permettra un retour des familles en toute sécurité depuis ces régions, les risques en termes de sûreté y étant de plus en plus élevés», a déclaré le commandement des forces américaines en Europe (Eucom), précisant que l’évacuation avait été discutée avec le gouvernement turc.

«Nous savons que cela est perturbant pour nos familles, mais nous devons les maintenir en sécurité», a indiqué le général Philip Breedlove, chef de l’Eucom et commandant suprême des forces de l’OTAN, dans un communiqué.

Pour autant, d’après les paroles du général, il ne s'agirait pas là d'une décision «permanente» et il n'y aurait pas de «menace d'attaque spécifique motivant cette décision». Ce recours à l’évacuation a pour seule origine la menace terroriste accrue à travers la Turquie : «les touristes étrangers et américains ont été explicitement visés par des organisations terroristes internationales et locales», a-t-il ainsi rappelé.

A l’heure actuelle, 770 militaires américains et leurs familles sont déployés en Turquie, et notamment dans la base aérienne au sud-est du pays. Environ 670 seront évacués. 287 animaux domestiques seront également concernés par ces évacuations. Toujours d’après les déclarations du général, les 100 militaires restants ne pourront pas quitter la base car ils accomplissent des missions essentielles.

L’annonce de l’évacuation a aussi été accompagnée d’une recommandation aux citoyens américains de ne pas se rendre en Turquie pour le moment.

Il est difficile d’évaluer si l’évacuation est liée à l’activité de Daesh ou à la lutte turque contre la minorité kurde à la frontière sud-est partagée avec la Syrie et l’Irak, car les villes d’Incirlik et d’Adana se trouvent près de la frontière syrienne et les villes d’Izmir et de Mugla sont, elles, à l’ouest du pays.

Lire aussi : Amnesty International : ce qui se passe avec les Kurdes turcs ressemble à une punition collective

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»