Royaume-Uni: un père privé du droit d’emmener son fils à l’église parce que sa mère est musulmane

© Philippe Wojazer Source: Reuters

Un père, né au Royaume-Uni de parents pakistanais, s'est vu retirer le droit d’emmener son fils à l’église, après que la mère de l’enfant, de confession musulmane, a obtenu du juge que l’enfant ne fréquente aucun lieu catholique.

Le père, un musulman non-pratiquant, né au Royaume-Uni de parents pakistanais, qui s’est rapproché de la communauté chrétienne après son divorce d'avec la mère de l’enfant, a été averti que la garde de son fils, âgé de neuf ans, lui serait retirée s’il tentait de l’emmener à l’église ou à toute autre sorte d'événements catholiques.

Selon la décision du juge, le père doit également donner à son fils uniquement de la nourriture Halal et conforter l’enfant dans la fait qu’il «vit selon les règles d'un bon musulman».

«Ce juge a simplement eu peur d’être traité d’islamophobe», a fait savoir le père, dont l’identité ne peut être révélée pour des raisons judiciaires. «Je veux que mon fils ait une vie équilibrée dans laquelle il puisse être exposé à différentes confessions pour qu’il se fasse sa propre idée de la religion qu’il décidera de choisir».

Le père, qui a divorcé de la mère de l’enfant en 2013, a également expliqué que son ex-femme, qui élève le garçon dans la foi musulmane, avait déclaré que leur fils pourrait «devenir confus» s’il était soumis à d’autres religions.

Mais pour le père de l’enfant, son fils a été endoctriné. «Il me dit déjà que je suis un homme mauvais parce que je ne pratique pas la religion musulmane», a confié le père. «J’ai le cœur brisé […] et je suis terrifié à l’idée qu’un jour il cesse de vouloir me voir à cause de son endoctrinement», a-t-il ajouté.

La communauté chrétienne et des experts juridiques ont rapidement réagi à cette affaire en exprimant leur indignation devant cette décision. Andréa Williams, avocate du Centre juridique chrétien et membre du synode général de l’église d’Angleterre, a qualifié cette décision comme «se pliant à l’Islam».

«Le système judiciaire se comporte comme s’il avait peur de contrarier l’Islam, et de ce fait, montre un empressement à étouffer la foi chrétienne et à punir ceux qui la pratiquent», a souligné Maître Williams. «Ce ne se serait pas arrivé dans l’autre sens», a-t-elle ajouté. «Si un parent de foi chrétienne avait voulu empêcher son enfant de se rendre dans une mosquée, il y aurait eu un scandale général et on aurait crié à l’islamophobie».

Simon Calvert, de l’institut chrétien, ajoute qu’il convient de s’interroger pour savoir si «la cour aurait agi de manière identique à l’égard d’une autre religion».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales