Terrorisme : les policiers autrichiens bientôt autorisés à porter une arme hors de leur service ?

Des policiers autrichiens patrouillent dans une gare © Dominic Ebenbichler Source: Reuters
Des policiers autrichiens patrouillent dans une gare

Alors que les ventes d’armes à feu sont en forte hausse, notamment des fusils à pompe qui peuvent être achetés sans permis, de nouvelles statistiques montrent que ces acheteurs sont avant tout des femmes et des hommes travaillant pour la police.

Face à ces révélations, le ministère de l’Intérieur réfléchit à donner à tous les policiers le droit de porter une arme en dehors de leurs heures de service, afin qu’ils puissent être à même d’agir en cas d’attaque terroriste. 

Des cadres de la police et des membres du ministère estiment que si des pistolets doivent être en circulation, autant qu’ils se trouvent dans les mains de membres des forces de l’ordre, qui ont suivi un entraînement spécifique afin de les utiliser à bon escient.

Ainsi, 28 000 permis de port d’arme pourraient être délivrés aux agents actuellement en service.

Il se trouve en effet que les policiers n’ont pas le droit de ramener leur arme de service chez eux, et quand bien même, le Glock 17 réglementaire est trop encombrant pour être porté en permanence. Un argument de plus en faveur de cette proposition, présentée qui plus est avant les événements de Bruxelles.

En prenant l’exemple des attaques du 13 Novembre, les défenseurs de cette mesure prétendent que si des agents armés avaient été sur place, le bilan aurait été potentiellement moins lourd.

C’est en suivant ce raisonnement que la France a autorisé ses policiers à porter leur arme de service en dehors de leurs heures de travail. Mais cette mesure ne s’applique que dans le contexte de l’état d’urgence.


Lire aussi : Pour la police autrichienne, un baiser sur la bouche ce n’est pas une agression sexuelle

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales