Pour la police autrichienne, un baiser sur la bouche ce n’est pas une agression sexuelle

Source: Reuters

Alors qu’une jeune femme a été embrassée sur la bouche par un inconnu dans le métro de Vienne, les forces de l’ordre n’ont pas prêté attention à sa plainte car d’après eux, il ne s’agit pas d’un cas de harcèlement sexuel.

Comme à l’habitude, Iryna L., 27 ans, prend le métro ce lundi pour se rendre à son travail. Soudain, un homme «d’origine nord-africaine d’environ 25 ans» s’approche d’elle et a commencé à lui caresser sa main. Alors qu’elle lui demande d’arrêter, il l’embrasse sur la bouche.

«Tout est passé très vite. Dans une rame surpeuplée, il s’est assis près de moi et a caressé ma main. J’ai crié «stop !» et changé de place. Il m’a frappée sur l’épaule, m’a tirée à lui et m’a embrassée sur la bouche», a-t-elle raconté au journal autrichien Heute. Elle l’a ensuite frappé avec son sac et l’agresseur s’est enfui.

Alors que personne n’est venu en aide à la jeune femme, la police, a elle aussi pris l’incident à la légère. D’après Iryna, les officiers lui ont déclaré qu'un baiser n’est pas considéré comme une agression sexuelle. Le porte-parole de la police a indiqué aux journalistes que les forces de l’ordre ont demandé la vidéo de l’attaque, en ajoutant qu’il pourrait s’agir d’un trouble à l’ordre public.

Cependant, pour la victime, une telle interprétation de l’incident n’est pas suffisante. «Le tribunal décidera s’il s’agit effectivement d’un cas de harcèlement sexuel», a indiqué Iryna, en ajoutant qu’elle avait déjà envoyé la vidéo de l’attaque aux enquêteurs. «Il [l’agresseur] devrait être puni, car j’ai peur [de lui]», a-t-elle souligné, en précisant qu’elle devait encore passer un contrôle médical après l’accident afin d’éliminer tout risque d’infection.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales