Jets d'oeufs et de lait par des agriculteurs en marge du Conseil européen de l'Agriculture (VIDEO)

Source: AFP

Une centaine d'agriculteurs en colère ont lancé des oeufs et du lait à Bruxelles contre le siège du Mouvement réformateur (MR) et contre la Direction générale Pêche et Agriculture de l'UE en marge du Conseil européen de l'agriculture, ce 14 mars.

«Le MR soutient aveuglément le TTIP [le partenariat commercial transatlantique entre l'Europe et les Etats-Unis] alors que les agriculteurs comme la société civile n'en veulent pas», a réagi Stéphane Delogne, responsable politique et environnement de la Fugea (Fédération unie des groupements d'éleveurs et d'agriculteurs), en tête des protestataires.

Les agriculteurs se plaignent des prix agricoles

La régulation du prix des produits alimentaires est au coeur des revendications des agriculteurs qui pâtissent des prix agricoles au plus bas depuis plusieurs mois.

Tapant sur des bidons de lait, les agriculteurs ont d'abord rejoint le siège du Mouvement réformateur (MR) avant de se rendre à la Direction générale Pêche et Agriculture de l'UE. Ils ont déversé du lait et jeté des œufs sur les façades des deux bâtiments. Les manifestants ont ensuite tenté de pénétrer dans le bureau du ministre fédéral de l'Agriculture, Willy Borsus, avant d'être repoussés par les forces de l'ordre. 

Les tracteurs des agriculteurs en colère ont bloqué plusieurs artères de la capitale belge. Les manifestants sont ensuite allé protester devant le siège du principal syndicat agricole européen, le Copa-Cogeca qui a finalement reçu une délégation de manifestants. La Fugea et l'EMB critiquent l'action de cette institution qu'ils qualifient de «syndicat majoritaire largement libéral».

Alors que la tension était à son comble dans les rues de Bruxelles, les hauts fonctionnaires européens se sont décidés à faire des concessions à l'issue du Conseil européen de l'agriculture. La Commission européenne s'est dite disposée à autoriser des réductions temporaires de la production dans le secteur laitier en crise, une dérogation provisoire aux règles de la concurrence que réclamait notamment la France.

Protéger les agriculteurscontre la chute des prix

«Je suis prêt à proposer l'application de telles règles», a déclaré le commissaire Phil Hogan devant les ministres de l'Agriculture des 28 réunis à Bruxelles, ouvrant la voie à l'activation d'une mesure permettant aux opérateurs du secteur de s'entendre, sur une base volontaire, sur des limitations temporaires de production.

«Les modalités complètes de cette mesure doivent encore être finalisées par la Commission et j'espère que nous serons en mesure de les communiquer aux Etats membres très prochainement», a ajouté Phil Hogan.

Lire aussi : Isabelle Saporta : «Les normes agricoles sont faites pour l'agro-business»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales