Isabelle Attard : «On est dans une panique absolue du modèle agricole»

Salon de l'agriculture à Paris Source: AFP
Salon de l'agriculture à Paris

L’Etat devrait aider à la réorganisation des filières agricoles au lieu de pousser les fermiers à maintenir le modèle actuel, proclame la députée du Calvados Isabelle Attard.

RT France : Quelle est votre vision des problèmes de l’agriculture française actuellement ?

Isabelle Attard : Je pense qu’il y a un problème du modèle économique agricole. nous héritons d’un modèle qui est celui de l’agriculture productiviste, extensive où on doit exporter dans le monde entier, qui est le modèle d’après la Deuxième Guerre mondiale. Depuis 1945 on a éduqué, on a formaté nos agriculteurs d’aujourd’hui dans ce modèle-là. Or, cela ne convient plus du tout, on voit que cela ne sert à rien, que cela ne nourrit plus personne, et surtout que l’on perd en nombre d’agriculteurs, qu’on perd en nombre d’exploitations et on n’a pas forcement la qualité au rendez-vous.

Le marché s’écroule alors les agriculteurs s’écroulent avec

Mon point de vue sur le sujet c’est qu’aujourd’hui, ceux qui sont noyés dans la crise et qui ne s’en sortent pas sont ceux qui ont beaucoup investi dans des produits chimiques, des pesticides, dans les matériels parce qu’ils exploitent des surfaces immenses, des centaines et des centaines d’hectares, mais, que cela ne les nourrit pas. Et comme on dépend de la loi du marché, si le marché s’écroule alors eux s’écroulent avec. C’est donc une vraie grave crise du modèle agricole que nous voyons aujourd’hui devant nous, en France.

RT France : Mais que faudrait-il faire ? Réformer l’industrie toute entière ?

I.A. : Je pense qu’il faut arrêter de croire que l’agriculture française est là pour nourrir la terre entière. Ça c’est la première des aberrations. Je milite avec la confédération paysanne et d’autres sur le fait d’être autonome en alimentation, en production agricole et je souhaite que tous les pays puissent acquérir une certaine autonomie. Après, on peut avoir des spécificités dans notre pays que nous vendons et inversement, d’autres pays vendent leurs spécialités. Il n’y a pas de problème là-dessus. Mais, faire croire au monde entier que notre agriculture va nourrir la terre entière, c’est une première erreur. Mais c’est quelque chose qui est répandu comme si c’était normal, comme un fait avéré et approuvé indéfiniment. Or, c’est faux. On entend aussi aujourd’hui dire «Ah, mais de toute façon en bio, on ne pourra pas nourrir tout le monde», tout le monde ne peut pas s’installer en bio. Mais, il faut savoir, il faut réfléchir. Qui a intérêt à fortifier cette rumeur ? 

C’est l’agro-alimentaire, c’est les industriels, ce sont ceux qui ont tout sauf intérêt à voir se développer une multitude de fermes et d’exploitation à taille humaine. Il y a énormément de lobby aujourd’hui en France de l’agro-alimentaire et des industriels qui vont tout faire pour empêcher qu’un plus grand respect de l’environnement et des paysans se développe.

Nicolas Sarkozy ferait mieux de se taire

RT France : Pendant sa visite du salon de l’agriculture Nicolas Sarkozy a déclaré qu’il souhaitait un «plan Marshall» pour sauver l’agriculture française. Pensez-vous qu’un tel plan peut aider ?

I.A. : Je ne pense pas que le plan Marshall aide, étant donné que c’est lui qui a mis fin aux quotas laitiers. Je trouve assez malvenu que Nicolas Sarkozy puisse avoir de tels propos après avoir laissé les agriculteurs en proie aux fluctuations du marché. C’est assez malvenu de sa part, donc il ferait mieux de se taire. En tout cas, pour résoudre le problème de l’agriculture, je pense qu’il faut une vraie réflexion sur le long terme. On n’est pas là à créer des patchs, à signer des chèques tout de suite pour assurer le salaire de l’agriculteur dans les mois qui viennent. Certes, c’est important, mais on ne maintient pas artificiellement sous perfusion des exploitants alors qu’on va dans le mur. C’est mentir aux agriculteurs et c’est mentir aux Français de toute façon. Et c’est avec l’argent public qu’on fait ça.

Mettons-nous donc autour de la table pour étudier comment aller dans le bons sens, comment créer un cercle vertueux, comment revenir à des pratiques viables. Ou effectivement, il n’y aura peut-être pas dix salariés, il n’y en aura peut-être que deux, mais ces deux personnes-là pourront travailler, partir en vacances, vivre dignement, sans être ruinées, sans être complétement endettées jusqu’à la fin de leur vie. Il faut réfléchir au modèle agricole que nous souhaitons, et à mon avis, ce n’est pas celui-là.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut qu’en France on ressemble à la Chine : avec aucune sécurité, aucune retraite, aucune protection maladie

RT France : Beaucoup d’agriculteurs français évoquent parmi des problèmes majeurs, la réglementation française, l’excès de charges d’où vient la concurrence déloyale au niveau des pays européens. Pensez-vous que c’est juste ?

I.A. : Je pense qu’il y a une partie de concurrence déloyale, certes, mais ça ne veut pas dire pour autant qu’il faut qu’en France on ressemble à la Chine : avec aucune sécurité, aucune retraite, aucune protection maladie, etc. Ça veut dire ça, pas de charges. Moi je veux bien que quelqu’un dise «pas de charges», mais qu’il ne mette jamais les pieds dans un hôpital et qu’il ne mette pas ses enfants à l’école.

On reparlera donc ensuite des charges qui pour moi ne sont que la participation de tous dans le fonctionnement de notre pays. Par contre, ce qui est extrêmement problématique pour nos agriculteurs, c’est le niveau des prix. Aujourd’hui un kilo de viande de porc se vend à 1,10€ pour l’éleveur. Par contre dès qu’on passe à la viande bio on approche les 3,50€/kilo. Et lorsque vous avez des paysans – et j’adore l’expression qu’ils ont choisi, il y en a qui s’appellent paysans-charcutiers, parce qu’ils font de la transformation directement sur l’exploitation – du coup on atteint le prix de 9-10€/kilo. On n’est plus du tout dans le même monde en terme de prix, on n’est plus dépendant des fluctuations de la grande distribution et des transformateurs. On parle de circuit court, d’implantations locales, de non-délocalisation et c’est ça qui est extrêmement important dans ce qu’on veut comme avenir pour l’agriculture.

Est-ce qu’on veut maintenir des emplois localement avec des gens qui y vivent, correctement ?

Il faut réfléchir : qu’est-ce qu’on veut ? Est-ce qu’on veut maintenir des emplois localement avec des gens qui y vivent, correctement ? Ou bien est-ce qu’on veut que 1% des agriculteurs survivent aujourd’hui avec des énormes machines, des robots et des tracteurs à perte de vue. Plus personne pour les exploiter. C’est quand on parle de moins de normes environnementales, ça veut dire quoi ? On est prêt à vendre de la merde, pour parler crument, aux Français et dans le monde entier, mais je pense que les Français ne veulent pas ça. Ils veulent une alimentation saine, de qualité, sans pesticides, sans antibiotiques, ils veulent pouvoir manger normalement, de la qualité et de l’alimentation produite localement.

Il y a une engouement, une prise de conscience en France pour manger de cette façon. Quand je vois le succès des magasins comme Biocoop par exemple, ou les coopératives bio, je m’aperçois que c’est un souhait partagé par la population. Nous devons l’écouter, et le gouvernement ferait mieux d’aider ceux qui se dirigent dans cette filière-là et d’aider à la réorganisation des filières elles-mêmes plutôt que de pousser inexorablement les agriculteurs à rester dans ce système qui ne les amènera nulle part.

RT France : Dans les conditions d’une concurrence de plus en plus tendue au niveau international avec l’entrée en vigueur de plusieurs accords de libre-échange, peut-on continuer à miser sur le bio ?

I.A. : Ce n’est pas qu’on peut, on doit. Le fait que cet accord transatlantique est rejeté par des milliers de personnes, prouve que cet accord n’est pas encore signé et la population en a bien compris les enjeux, n’a pas envie d’être le réceptacle de la viande de médiocre qualité du monde entier aux plus bas coûts, et cette façon de voir l’agriculture ne peut pas perdurer. Et il y a une vraie prise de conscience – je compte sur les Européens, les Français en particulier, pour dire ce qu’ils veulent et surtout ce qu’ils ne veulent pas avoir dans leur assiette. Et on s’aperçoit que ceux qui ont fait le choix de la qualité, de la réorganisation vraiment intelligente des filières sont ceux qui en vivent.

Nous ferions mieux de financer cet accompagnement que de donner des chèques régulièrement aux agriculteurs

RT France : Pensez-vous que l’Etat est responsable du fait que les tensions soient aussi exacerbées en matière d’agriculture ?

I.A. : Je comprends qu’il y a un malaise assez profond. On a dépassé le stade du malaise, on est dans une panique absolue du modèle agricole. Ce qu’il faut vraiment retenir c’est qu’il faut pouvoir accompagner tous ceux qui souhaitent s’en sortir et changer le modèle et qui ne savent pas par quel bout prendre le problème. Et on ne peut pas le faire sans accompagnement. Les différents témoignages qu’on a vus récemment dans la presse c’est ça : il faut absolument pouvoir être accompagné pour voir le bout du tunnel. Cela nécessitera plusieurs années, évidemment, pour changer sa façon de procéder. Pour arrêter d’acheter des produits à l’étranger, commencer à produire sur place de façon à ne pas avoir à acheter la nourriture pour son bétail et à le produire soi-même – cela demande quelques années avant d’être efficace. Tout ça signifie une transformation sur 2 à 3 ans. C’est possible, mais ça nécessite un certain accompagnement. Et je pense que nous ferions mieux de financer cet accompagnement que de donner des chèques régulièrement aux agriculteurs pour juste qu’ils arrivent à survivre deux mois de plus. Il faut pouvoir survivre au mois prochain, mais c’est encore plus important d’avoir une visibilité sur le long terme.

 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales