La France, l’Allemagne et l’Ukraine travailleraient à une loi sur les élections dans le Donbass

Source: Sputnik

Les trois pays seraient en train créer une loi pour organiser les élections induites par les accords de Minsk dans le Donbass, selon le journal ukrainien zn.ua. A défaut, Kiev serait sous la menace d’une levée des sanctions de l’UE contre la Russie.

Les autorités ukrainiennes et les autorités françaises et allemandes seraient en train d’élaborer une loi qui permettrait de tenir des élections dans les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk dans l’Est de l’Ukraine, rapporte l’hebdomadaire ukrainien zn.ua. Le travail «se déroule hors du cadre du processus de Minsk et se passe dans la confidentialité», écrit le journal.

Les auteurs de cette loi se seraient rencontrés au moins deux fois, à Berlin et à Kiev, si l’on croit le site ukrainien. Kiev est sûr que la Russie ne sait rien de ce travail, mais «Berlin et Paris (sans le faire savoir à la partie ukrainienne) partageraient toutes les informations nécessaires avec le Kremlin et consulteraient aussi des représentants russes sur certains clauses de la future loi», révèle l’hebdomadaire ukrainien.

Le travail devrait se terminer dans un avenir proche parce que l’Occident aurait fixé un délai au président ukrainien Petro Porochenko : la loi d’élection doit être terminée en mars au plus tard pour que les élections puissent se tenir au mois de juin prochain.
La pression exercée sur Kiev serait considérable en cas de non-respect de ces consignes. «Kiev est sous la menace d’une levée des sanctions européennes contre la Russie, soit en juin, soit en décembre. Cela équivaudrait pour Kiev à une punition pour le non-respect des accords de Minsk», indique zn.ua.

Petro Porochenko envisagerait pour sa part un référendum sur l’autonomie des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk comme une alternative aux élections, indique le même journal. La raison est claire pour zn.ua : le président ukrainien en profite dans les deux cas de figure. «Si les citoyens disent "oui", le président décline toute responsabilité de la promulgation de décisions dangereuses pour sa cote de popularité. S’ils disent "non", il peut justifier l’échec des accords de Minsk par la volonté du peuple souverain». A noter encore qu’en 2015, Petro Porochenko avait décliné l’idée d’un tel référendum.

Selon les accords de Minsk, les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk doivent obtenir un statut particulier, puis tenir des élections qui permettront de définir leur statut au sein de l’Ukraine.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales