Turquie : les ventes du quotidien Zaman auraient baissé de 99 % depuis son acquisition par l'Etat

Source: Reuters

D’après le journal britannique The Times, le journal turque a perdu la majorité de ses lecteurs après que le gouvernement turque a décidé de le nationaliser le 4 mars dernier.

«Il semble que le journal est décédé vendredi soir (le 4 mars) mais le lendemain matin on l’a réanimé dans un autre corps», a déclaré Mustafa Edip Yilmaz, rédacteur de la version anglaise du journal turc, Today's Zaman.

D’après les estimations, avant la reprise en main du journal par Ankara et le changement de ses managers, ses ventes quotidiennes se chiffraient aux alentours de 650 000 exemplaires alors que maintenant il ne s'en vend plus que 6 000.

Avant le 4 mars, Zaman était le plus important journal d'opposition turc. Il a fait l'objet d'accusations émanant des autorités selon lesquelles il aurait entretenu des liens présumés avec le religieux musulman Fethullah Gülen, qui vit aux Etats-Unis et que le gouvernement accuse d'avoir tenté de renverser le régime. Mais pour de nombreux journalistes et observateurs, le quotidien paye sa ligne éditoriale considérée comme trop virulente envers le pouvoir. Depuis sa mise sous-tutuelle débouchant ainsi sur sa nationalisation, Zaman affiche une ligne éditoriale clairement pro-gouvernementale, ce qui a provoqué la chute drastique de l’intérêt de ses lecteurs.

Depuis plusieurs mois, les médias d'opposition turcs font l'objet d'une répression sans précédent. La semaine dernière, sur des allégations de «diffusion de propagande terroriste», les émissions de la chaîne IMC TV ont été stoppées en plein milieu d'une interview de journalistes du quotidien national Cumhuriyet, actuellement en attente de leur procès. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales