Turquie : un journaliste poursuivi promet d'exposer «les crimes de l'Etat» devant la justice

Source: AFP

Vendredi dernier, la Cour suprême ordonnait la libération de deux journalistes accusés de haute trahison par le président Erdogan. L'un d'eux a décidé de défier le régime en assignant en justice l'Etat turc.

Si la décision de la Cour suprême de relâcher les deux journalistes turcs constitue un cinglant camouflet pour le président Erodgan, ces derniers demeurent néanmoins sous le coup d’une procédure de justice qui les expose à une condamnation à la prison à vie pour «espionnage».

«Dès la première d'audience de notre procès le 25 mars (à Istanbul), nous allons exposer en pleine lumière les crimes de l'Etat. Nous n'allons pas nous défendre, nous allons faire le procès des crimes de l'Etat», a assuré mercredi le journaliste Can Dündar, au cours d'une conférence de presse à Istanbul, rapporte l'AFP. «Si vous êtes journaliste en Turquie, aller en prison fait partie de votre plan de carrière !», a-t-il ironisé. «Mais nous sommes des journalistes, pas des fonctionnaires au service de l'Etat. Notre devoir, c'est d'informer le public, y compris des actes illégaux du gouvernement», a-t-il ajouté. Par ailleurs, il s'est insurgé contre une décision ordonnant la remise de son passeport à la justice et a affirmé qu'il tenterait de voyager à l'étranger en attendant le procès. 

Can Dündar, le rédacteur en chef du journal d'opposition laïque Cumhuriyet, et son collègue Erdem Gul ont été arrêtés en novembre, inculpés pour «espionnage» et «divulgation de secrets d'Etat» et écroués le 26 novembre 2015. En cause, la diffusion en mai d'une vidéo de l'interception, en janvier 2014 à la frontière syrienne, de camions appartenant aux services secrets turcs (MIT) et transportant des armes destinées à des rebelles islamistes syriens. 

Pointée du doigt pour la répression de plus en plus féroce qui s'abat sur les journalistes , la Turquie se situe à la 149e place sur 180 au classement mondial de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières (RSF).

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales