Des journalistes et des militants des droits de l'Homme attaqués en Tchétchénie

Source: Reuters

Au cours de cette attaque survenue mercredi 9 mars près de la frontière administrative de l'Ingouchie, six personnes ont été blesséesn dont des membres des forces de l'ordre. Deux des cinq journalistes présents dans le groupe ont été hospitalisés.

Alors qu'il se rendait en bus à Grozny, capitale de la petite république russe du Caucase, le groupe, composé de neuf personnes, a été surpris par une vingtaine d'assaillants. Ces derniers ont barré le bus à l'aide de plusieurs véhicules avant de dépouiller ses occupants rapporte l'ONG Comité contre la torture, particulièrement active en Tchétchénie. Le bus a été par la suite brûlé et les victimes de cet assaut se sont retrouvées abandonnées au bord de la route. 

Igor Kalyapin, membre du Conseil du président russe pour le développement de la société civile et les droits de l'homme et chef du Comité pour la prévention de la torture a apporté plus de détails concernant cette attaque. «Un groupe non identifié composé de plusieurs personnes qui se trouvaient dans trois voitures, ont attaqué des militants des droits de l'homme du groupe Free Mobile et des journalistes à proximité de la frontière de l'Ingouchie avec la Tchétchénie à environ 19h15. Les agresseurs les ont battus et ont emporté les téléphones mobiles de deux personnes . Ils ont également écrasé la voiture des militants et mis le feu », a-t-il indiqué.

Pavel Chikov, avocat russe présent lors de cette attaque, a écrit sur Twitter  qu'il avait les dents cassées et subi des lacérations sur son visage et ses jambes.

Lire aussi : Huit partisans de Daesh tués dans le Caucase Nord lors d’une opération des forces spéciales



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales