Un doigt d'honneur en direction du tribunal comme la dernière déclaration de Savtchenko

Source: Sputnik

Jugée en Russie pour le meurtre de journalistes russes, Nadezhda Savtchenko s’est exprimée une dernière fois lors de l’ultime journée du procès. Alors que l’Occident parle d'une affaire «politique», Moscou rejette toute pression sur la Justice russe.

Lors de la dernière audience de son procès, la militaire ukrainienne, qui risque jusqu’à 23 ans de prison, s’est adressée aux juges en lisant son plaidoyer en ukrainien, texte qui avait déjà été publié par ses avocats.

Elle a démenti toutes les accusations l’impliquant dans le meurtre de deux journalistes russes dans l’Est de l’Ukraine et annoncé la poursuite de sa grève de la faim, qu’elle a commencé la semaine dernière.

A la fin de sa déclaration, la pilote a fait un doigt d’honneur en direction du tribunal en proclamant sa lutte contre le «régime totalitaire». Elle a également souligné ne pas vouloir s’opposer au verdict du tribunal, qui devrait être annoncé le 21 ou le 22 mars, rapporte l'agence RIA Novosti.

Selon son avocat Nicolai Polozov, plusieurs représentants de pays européens ont assisté aujourd’hui à la dernière déclaration de Nadezhda Savtchenko. «Les consuls du Danemark, de la Suède, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de la République tchèque, de l’Ukraine et de l’Union européenne sont venus aujourd’hui au tribunal», a-t-il indiqué auprès des journalistes.

Soldate professionnelle, Nadezhda Savtchenko, 34 ans, a une qualification militaire de pilote d’hélicoptère de combat. Elle a notamment participé à la mission ukrainienne en Irak, en 2004/2005.

Elle a été arrêtée en Russie en juillet 2014. D'après le parquet russe, durant les combats près de Lougansk en juin 2014, dans l’Est de l’Ukraine, elle a transmis à l’armée ukrainienne les positions de groupes de rebelles et de civils.

En conséquence, deux journalistes russes, Igor Korneliuk et Anton Volochin, ont été tués dans les bombardements. En prétendant être une réfugiée, Savtchenko a ensuite traversé illégalement la frontière russe.

La «liste de Savtchenko» : l'UE propose des sanctions personnelles contre Vladimir Poutine

Suite à «l’affaire Savtchenko», 57 députés du Parlement européen, dont 11 Polonais et 8 Roumains, ont signé une demande d’imposition de nouvelles sanctions contre la Russie et le président russe personnellement.

Selon eux, 29 personnes, y compris Vladimir Poutine, seraient liées à la «détention illégale» et l’«affaire politique» de Nadezhda Savtchenko, ainsi qu’à «la légitimation des actions de la Russie aux yeux de la communauté internationale». D’après ces parlementaires, il faut leur interdire l’accès aux pays de l’UE, aussi que geler leurs avoirs et confisquer leurs biens sur le territoire européen.


Le Kremlin a rejeté ces déclarations en soulignant que «l’affaire Savtchenko» n’est aucunement politique. «Nous ne pouvons pas tolérer des tentatives d’ingérence dans la Justice russe, dont le procès Savtchenko dépend, mené dans notre pays en stricte conformité avec la législation», a déclaré le porte-parole du président Dmitri Peskov.

«L'affaire Savtchenko ne fait pas partie des accords de Minsk»

A son tour, les Etats-Unis essaient d’instrumentaliser l’affaire Savtchenko à un tel point que le chef de la diplomatie américaine John Kerry évoque la libération de la pilote ukrainienne comme faisant partie des accords de Minsk-2.

«Le procès et le maintien en détention [de Nadezhda Savtchenko] démontrent le non-respect des normes internationales, aussi que des engagements de la Russie envers les accords de Minsk», a-t-il écrit dans un communiqué de presse, en soulignant que «les Etats-Unis demandent à nouveau à la Russie de libérer immédiatement Savtchenko et de la remettre à l’Ukraine».

Pour la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, cette déclaration a été une surprise. «Tout cela fait apparaître de gros soupçons concernant la paternité du document», a-t-elle écrit sur sa page Facebook, en ajoutant que John Kerry doit savoir que dans les accords de Minsk, le nom de Nadezhda Savtchenko n’est mentionné nulle part.

La porte-parole a également indiqué que la déclaration du secrétaire d'Etat américain, publiée la veille du dernier jour du procès de Savtchenko, visait à influencer sur le système judiciaire russe.

Dans le même temps, Maria Zakharova a attiré l’attention sur l’hypocrisie de Washington, qui refuse de libérer deux citoyens russes, Viktor Bout et Konstantin Yarochenko, qui proclament pourtant leur innocence.

De plus, a-t-elle poursuivi, John Kerry démontre une approche sélective envers la liberté de presse. «Son département ne s’intéresse pas à l’enquête sur le meurtre des deux journalistes russes», a expliqué la représentante du ministère, en ajoutant que Washington se sert de la rhétorique des droits de l'Homme pour servir ses propres objectifs politiques.

Des actes de vandalisme contre les missions diplomatiques russes se poursuivent en Ukraine

Alors que l'accusée s’exprimait face au tribunal, environ 200 personnes ont participé à une manifestation près de l'ambassade de Russie à Kiev, demandant sa libération. Un groupe de jeunes hommes a commencé à jeter des pierres et des bouteilles de mercurochrome sur le bâtiment.

Lors d'une autre manifestation près du consulat général de la Russie à Lviv, le député du Parlement ukrainien Vladimir Parasiuk a arraché le drapeau russe de la façade du bâtiment. D'après les médias, les manifestants ont ensuite incendié le drapeau.

Dans la nuit du 5 au 6 mars dernier, l’ambassade de Russie à Kiev a été prise d’assaut par des inconnus qui ont lancé des pétards, endommagé les voitures des employés de la mission diplomatique, déchiré un drapeau russe et planté celui de l’Ukraine sur la clôture entourant le bâtiment.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales