La 1er numéro en turc de Zaman après sa nationalisation publie en Une un Erdogan tout sourire

Le siège de Zaman à Istanbul© Osman Orsal Source: Reuters
Le siège de Zaman à Istanbul

La politique éditoriale du journal turc Zaman, tant critiquée par le gouvernement, semble avoir changé. L’édition du 6 mars, réalisée par la nouvelle équipe nommée par la justice, soutient la ligne officielle.

La photo du président Recep Tayyip Erdogan tout sourire fait la Une de l’édition turque de Zaman datée du 6 mars. On y annonce la réception présidentielle qui aura lieu à l’occasion de la Journée internationale de la femme. Un coûteux projet gouvernemental de construction d’un nouveau pont enjambant le Bosphore est lui aussi mis à la Une du journal, ainsi qu'un l’article sur les funérailles des «martyrs» tués dans les affrontements avec les Kurdes.

Plus d’articles nettement en faveur du gouvernement peuvent être lus en pages intérieures du journal dont le tirage est évalué à 650 000 exemplaires. L’édition du 6 mars ne fait que 12 pages, la version la plus mince du journal.

Les manifestations qui ont éclaté après la saisie du siège de Zaman à Istanbul par le gouvernement ont été passées sous silence. La police a utilisé du gaz lacrymogène, des canons à eau et des balles en caoutchouc pour disperser tous les défenseurs et lecteurs de Zaman, ou autres partisans de la liberté d’expression en Turquie.

La police a également perquisitionné le bâtiment de Zaman. Le rédacteur en chef du journal Abdulhamit Bilici a été licencié.

«L’édition de dimanche n’a pas été produite par l’équipe de Zaman», a confié un journaliste à l’AFP en ajoutant qu’«internet avait été coupé, nous ne sommes pas à même d’utiliser notre système.»

«C’est impossible de continuer à travailler chez Zaman, parce que les administrateurs désignés par le gouvernement nous licencieront dans quelques jours. Nous serons tous licenciés du journal. Mais s’ils ne le font pas, nous démissionerons, bien sûr, parce qu’il est impossible de travailler avec le gouvernement - nous n’écrirons pas ce qu’ils veulent», a confié à RT Emre Soncan, journaliste de la versions anglaise de Zaman.

Le site de Zaman est hors ligne, les services en ligne de Zaman n’ont pas été mis à jour depuis le 5 mars. Selon des médias locaux, l’ancienne équipe de Zaman a lancé son propre journal «Yarina Bakis» («Regardez le futur»). Les journalistes ont décidé de garder leur politique éditoriale. Ce nouveau journal a traité des manifestation qui ont eu lieu ce week-end à Istanbul.

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a démenti cependant tous les liens entre la saisie gouvernementale du journal et les changements de sa politique éditoriale.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales