MH17 : Washington refuse de révéler les détails de sa coopération avec les enquêteurs néerlandais

© AFP Photo Source: AFP

Le département d'Etat américain a refusé d'évoquer les informations que Washington pourrait avoir partagé avec les autorités néerlandaises dans l'affaire du MH-17. Devant les journalistes, le porte-parole John Kirby a esquivé toutes les questions.

Selon les conclusions d'un rapport publié en octobre dernier par le Conseil de sécurité néerlandais, l'avion a été abattu par un missile anti-aérien. 

Cependant, la correspondance du gouvernement a récemment révélé que les enquêteurs avaient admis ne pas avoir de données radar brutes, ni d'images vidéo ou satellites fiables du lancement d'un quelconque missile. 

Parmi les questions soulevées par les députés néerlandais, une en particulier concernait les données radar brutes et les images satellites que les Etats-Unis prétendent avoir en leur possession et qui constituent selon Washington «une preuve solide». 

Lire aussi : Moscou : les enquêteurs néerlandais ont ignoré les images radar du MH17 transmises par la Russie

Interrogé par plusieurs journalistes sur ces données, le porte-parole du département d'Etat John Kirby a esquivé la question, martelant uniquement que les Etats-Unis et le gouvernement néerlandais «travaillent ensemble» et affirmant «ne pas vouloir rentrer dans les détails».

Bien que plusieurs journalistes présents ont souligné au porte-parole que ce dernier n'avait «absolument rien expliqué», John Kirby a continué de contourner le sujet, tentant de répondre à d'autres questions différentes, assurant que le département d'Etat «n'en dira pas plus».

L'avion de la Malaysia Airlines MH-17 a été abattu au-dessus de l'est de l'Ukraine le 17 juillet 2014, tuant les 298 passagers à bord. La majorité d'entre eux étaient des citoyens des Pays-bas. 

Lire aussi : «Partial et truffé d'oublis» : MH17, une nouvelle attaque de Moscou contre le rapport officiel

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales