Etats-Unis : des panneaux publicitaires qui traquent et collectent les données des passants

Ces panneaux publicitaires nouvelle génération seront en mesure de capter les données de tous les passants et conducteurs utilisant le service d'AT&T à leur proximité.© Flickr
Ces panneaux publicitaires nouvelle génération seront en mesure de capter les données de tous les passants et conducteurs utilisant le service d'AT&T à leur proximité.

Clear Channel, géant américain de l’affichage publicitaire, a lancé une nouvelle génération de panneaux à la légalité douteuse. Ces derniers utilisent la triangulation pour suivre à la trace les consommateurs et récupérer leurs données.

Même George Orwell n’était pas allé aussi loin dans son roman d’anticipation 1984. L’entreprise Clear Channel, qui possède des centaines de milliers de panneaux publicitaires à travers les Etats-Unis, vient de passer un cap dans la collecte de données privées. Sa dernière trouvaille ? Des panneaux publicitaires intelligents qui transmettent un signal aux téléphones portables des passants et usagers de la route qui se trouvent à proximité. «Radar» a été conçu en partenariat avec le mastodonte des télécoms AT&T. Il permet de recueillir les données des potentiels consommateurs : trajets, habitudes d’achats, âge, genre ou encore profil socio-économique. Toute personne se trouvant dans le champ d’action est une cible potentielle. Pour Clear Channel le but de la manœuvre est simple. Les données personnelles se monnaient au prix fort et représentent une mine d’or. Le géant de la publicité compte bien les revendre aux annonceurs et ainsi améliorer le ciblage du consommateur.

Nouveau défi juridique

Ces panneaux à la sauce Big Brother ont alerté plusieurs défenseurs de la vie privée outre-Atlantique. Mais le roi des panneaux publicitaires ne se démonte pas. Andy Stevens, vice-président en charge de la recherche chez Clear Channel souligne le caractère «précieux» de ce type de données même s’il avoue que cette nouvelle technologie «fait un peu peur». Il justifie l’action de sa société : «C’est facile d’oublier que nous nous servons dans un écosystème de données déjà existant.»

Un argument qui n’a pas convaincu Jeffrey Chester, directeur du Centre pour la démocratie digitale. «Les gens n’ont aucune idée qu’ils sont traqués et ciblés» a-t-il souligné. D’habitude, les géants de l’industrie font preuve de roublardise pour rester dans la légalité. Ils utilisent un langage complexe ou éditent en tout petit les termes relatifs à l’utilisation de leurs produits. Les études montrent que seul un consommateur sur quatre lit les conditions d’utilisation des produits dont il se sert.

Mais Clear Channel vient de franchir une étape. Les panneaux interfèrent avec les téléphones portables utilisés sous le réseaux d’AT&T. Le plus gros fournisseur de forfaits de téléphonie mobile américain a rédigé des conditions d’utilisation permettant la collecte de données à des fins commerciales. Jusqu’ici tout va bien. Sauf que l’interaction entre le téléphone et un panneau publicitaire ne fait, pour le moment, pas partie des règles du jeu. Un point crucial qui pourrait rendre cette forme de récupération d’informations personnelles illégale.

Des millions d’utilisateurs potentiellement touchés

La Federal Trade Commission (FTC), chargée de veiller sur le droit commercial aux Etats-Unis, a déjà eu à faire à ce genre de procédé. En 2013, Nomi Technologies, fournisseur d’application sur Androïd, s’est fait rattraper par la patrouille. La FTC a démontré que l’entreprise avait failli à informer les utilisateurs que leurs données personnelles seraient collectées et partagées.

Clear Channel rendu public son nouveau «bijou technologique» lundi. Potentiellement, ce sont donc des millions, voire des dizaines de millions de citoyens américains qui pourraient être victimes d’une intrusion dans leur vie privée. Tout cela avec un système qui flirte dangereusement avec la légalité.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales