En Belgique, le remplacement des F-16 va coûter 15 milliards d’euros

© Jasper Juinen Source: AFP

Membre de l’OTAN, la Belgique a décidé de renouveler ses avions de combat en achetant 34 chasseurs-bombardiers afin notamment de pouvoir mener des opérations à l’étranger. Et le coût total estimé n’est pas des moindres.

Durant environ 40 ans, le Royaume devrait donc dépenser chaque année 470 millions d’euros, soit 15% de son budget annuel de Défense, afin de financer l'achat et l’entretien des avions qu’il s’apprête à acquérir.

Le gouvernement a en effet décidé de remplacer ses vieux avions F-16, acquis en 1975, par une trentaine de nouveaux appareils. Les modèles de ceux-ci n’ont pas encore été choisis mais les autorités ont retenu cinq avions potentiels, de provenance américaine et européenne, parmi lesquels ils devront ensuite trancher.

Interviewé par l’hebdomadaire belge Le Vif L’Express, le colonel Harry Van Pee, dirigeant du bureau de programme de l'Etat-major de la Défense, estime que le coût total, comprenant l’acquisition, l’utilisation ou encore l’entretien, s’élèverait à environ 14,97 milliards d’euros pour toute la durée de vie des avions, qui est de 40 ans.

Comme c'est déjà le cas avec les F-16 actuels, les 34 nouveaux engins permettront à Bruxelles de consacrer au moins six avions aux opérations à l’étranger, a ajouté le colonel.

Membre de l’OTAN dont elle abrite les infrastructures, la Belgique participe régulièrement à ses opérations militaires à l’étranger. En 2011, six F-16 avaient ainsi été envoyés en Libye dans le cadre de l’opération «Unified Protector» qui avait amené à la chute du gouvernement de Mouammar Kadhafi.

Aller plus loin : Libye : «L’intervention a créé un chaos indescriptible»

En 2015, six chasseurs-bombardiers ont été déployés, opérant depuis la Jordanie au sein la coalition menée par les Etats-Unis pour lutter contre le groupe terroriste Daesh.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales