Un policier israélien renverse un Palestinien en chaise roulante (VIDEO CHOC)

La vidéo a provoqué l'indignation de la toile. © © الصحفي رائد ابو رميله / Facebook
La vidéo a provoqué l'indignation de la toile.

Les images d’un agent de police israélien jetant au sol un Palestinien handicapé font le tour du web et provoquent l’indignation.

La scène est difficilement soutenable tant elle est cruelle. Nous sommes dimanche. Selon la police israélienne, Yasmine al-Zarou, une jeune Palestinienne, tente d’attaquer au couteau un policier israélien devant le Tombeau des patriarches. Elle est touchée par des tirs israéliens.

A ce moment, le corps la jeune femme de 20 ans gît dans un bain de sang non loin d’une jeep de la police de l’Etat hébreu. Plusieurs Palestiniens tentent de s’en approcher, dont un homme en chaise roulante. Un des policiers saisit violemment le fauteuil et fait chuter l’homme au sol.

Un militant a tout filmé

Manque de chance pour le fautif, un militant local, dont les images d'attaques de colons ou d'exactions commises par des soldats israéliens font régulièrement le tour du web, est sur place. Caméra au poing, il filme la scène.

Alors qu'un jeune tente de s'approcher à son tour, un autre policier, lui braquant son arme au visage, le repousse d'un coup de pied. Puis un troisième disperse les témoins qui se rapprochent avec une grenade assourdissante.

Auteur: RT France

Ces images, vues près d'un demi-million de fois, ont scandalisé la toile. Largement visionnées par les Palestiniens, elles sont considérées comme une illustration supplémentaire des brimades et des violences liées à l'occupation, cette fois exercées contre une personne vulnérable.

Sur la toile, des internautes palestiniens ont dénoncé «la sauvagerie et la couardise de l'occupation» israélienne.

D'autres s'en sont pris à la passivité dont feraient part, selon eux, les autorités palestiniennes en se demandant : «Où sont les dirigeants palestiniens ?»

Israël veut une enquête

Du côté de l’Etat hébreu, on est embarrassé. Une porte-parole du ministère israélien de la Justice a affirmé qu'«une enquête est en cours».

Le porte-parole de la police Micky Rosenfeld a tenté de se justifier. Selon lui, la police a «dispersé la foule avec des moyens non-létaux, l'homme en fauteuil roulant faisait partie de cette foule».

Reprise de la colonisation

Cette affaire intervient quelques semaines après l'approbation par le ministère israélien de la Défense de nouveaux plans pour la construction de 153 logements sur les territoires occupés.

Les nouveaux bâtiments seront érigés à proximité de la colonie d’Ariel (nord), dans celle de Carmel près d’Hébron et à Goush Etzion. Hagit Ofran, porte-parole de l’ONG «la Paix maintenant» a déploré cette décision, accusant le gouvernement de Benjamin Netanyahou d’avoir «cédé à la pression des colons».

Quelques jours auparavant, elle avait dénoncé le projet d’annexion de 150 hectares de terres agricoles dans la vallée du Jourdain. Saëb Erakat, secrétaire générale de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) avait qualifié le projet de rapine : «Ce que nous voyons ici, c'est le vol de 92% de l'eau, le vol de 92% des terres par le plus grand régime colonial».

Même du côté de l’allié numéro un d’Israël, le projet avait fait tousser. John Kirby, porte-parole du département d’Etat américain, avait exprimé ses craintes : «Nous restons profondément inquiets devant la politique actuelle d'Israël en ce qui concerne les colonies».

L’émissaire de l’ONU au Proche-Orient, Nicolay Mladenov, y était également allé de son tweet, s’alarmant que cette décision puisse «saper les projets d’avancée vers la paix».

Depuis le mois d’octobre, les tensions entre les deux voisins du Proche-Orient sont au maximum. Des dizaines de Palestiniens et plusieurs Israéliens ont trouvé la mort dans des attaques en provenance des deux camps.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales