Le Royaume-Uni s'apprête à adopter un arsenal législatif contre le boycott des produits des colonies

Une manifestation en faveur du boycott en Allemagne © Stefanie Loos Source: Reuters
Une manifestation en faveur du boycott en Allemagne

Le gouvernement conservateur britannique annoncera la semaine prochaine une loi qu'il interdira aux conseils municipaux, aux syndicats étudiants, et aux autres organisations publiques de boycotter des produits pour des motifs politiques.

Le plan visant à introduire une telle législation a d’abord été proposée par le parti conservateur lors de sa conférence annuelle d’octobre 2015. Selon The Independent, le ministre britannique du Cabinet Office, Matt Hancock annoncera officiellement cette nouvelle loi lors de sa visite en Israël la semaine prochaine.

Les institutions qui reçoivent la majorité de leurs financements du gouvernement se verront interdire de participer à des campagnes politiques, visant à encourager à ne pas acheter certains produits. La seule exception pourrait être un boycott national initié par le gouvernement lui-même.

Londres souhaite aussi changer les modalités des fonds de pensions afin qu’ils ne puissent pas être utilisés pour sanctionner des entreprises pour des motifs politiques.

«Nous devons défier et empêcher ces boycotts municipaux» a déclaré Matt Hancock au Sunday Times. «La nouvelle ligne directrice des marchés publics, combinée avec les changements que nous mettons en place concernant l’investissement qui peuvent être réalisés avec les fonds de pension, aideront à empêcher les politiques locales nuisibles et contre-productives qui minent notre sécurité nationale» a-t-il ajouté.

Cette nouvelle législation n’est pas sans rappeler les restrictions imposées aux conseils municipaux en 1988 par Margaret Thatcher afin de les empêcher de mettre une pression économique sur le régime d’apartheid en Afrique du Sud en boycottant ses produits. Le parallèle n’est pas passé inaperçu dans les rangs de l’opposition travailliste, qui a accusé les Tories d’imposer leurs politiques au niveau local de façon non démocratique.

«Cette interdiction proclamée par le gouvernement avait rendu illégales les actions locales contre l’Afrique du Sud. Les ministres parlent de décentralisation, mais en pratique ils imposent les politiques du parti conservateur à des conseils locaux élus» a affirmé le chef de file du parti travailliste Jérémy Corbyn. Il a qualifié ces nouvelles règles d’attaques de la démocratie locale.

Le directeur de programme des relations économiques de Grande-Bretagne pour Amnesty International Peter Frankental a déclaré que cette décision encouragerait les violations des droits de l’homme : «Comment motiver les entreprises à respecter les droits de l’homme, lorsque les organismes publics ne peuvent pas leur demander des comptes en refusant de conclure des contrats avec eux ?».

«Cela n’aurait pas seulement de mauvaises retombées sur les organismes publics de devoir travailler avec des entreprises voyous, but cela serait aussi mauvais pour les entreprises responsables qui risqueraient de se faire doubler par celles qui ont des pratiques condamnables».

Le mouvement de boycott des produits israéliens fabriqués dans les territoires palestiniens occupés, appelé «Boycott Désinvestissement Sanctions» vise à mettre la pression sur Israël afin de mettre un terme aux violations des droits de l’homme des Palestiniens. Créé en 2005, Israël s’y oppose depuis avec vigueur. La France, ainsi que les États-Unis, au niveau local, ont déjà adoptés des arsenaux législatifs visant à réprimer les partisans du boycott.

Lire aussi : La campagne de boycott BDS visant Israël prend de plus en plus d'ampleur

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales