La campagne de boycott BDS visant Israël prend de plus en plus d'ampleur

Source: Reuters

Chaque mois, les ambassades israéliennes basées en Europe et aux Etats-Unis font part au ministère des Affaires étrangères israélien de l'ampleur pris par le mouvement mouvement international BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions).

Révélés par The Jerusalem Post, ces câbles font ressortir les constantes préoccupations de responsables israéliens vis-à-vis de la menace grandissante d'un probable isolement de leur pays sur la scène internationale.

Un câble en provenance de Barcelone a récemment rapporté l'appel d'un parti d'extrême-gauche soutenant l'indépendance de la Catalogne, à modifier les accords existants avec Israël et à annuler le jumelage de la ville avec Tel-Aviv. Selon eux, cette coopération renforcerait l'occupation. Si l'adjoint au maire a assuré que cette demande sera étudiée avec attention, le ministre des Affaires étrangère a assuré à l'ambassade israélienne que ses partenaires siégeant dans l'opposition au conseil de la ville s'opposeraient à une telle initiative.

Le câble en question conclut que «le phénomène de l'activité anti-israélienne en Espagne est inquiétant […] dans le passé, il était concentré dans les petites villes. Dès lors qu'il arrive à Barcelone, et s'exprime chez des élus, le sujet prend désormais des proportions tout à fait différentes». La semaine dernière, un autre incident a eu lieu dans la ville belge de Liège, où les organisateurs d'un festival annuel de danse ont décidé de refuser le parrainage de l'événement par l'ambassade israélienne en raison de menaces de boycott. La compagnie israélienne de danse Batsheva avait été choisie pour ouvrir les festivités.

Aux Etats-Unis, une délégation diplomatique israélienne de passage dans l'Etat de Géorgie a tenté d'empêcher la tenue d'une conférence à l'Université Emory par l'organisation Students for Justice in Palestine. Cette dernière a appelé les personnes de confession chrétienne à lutter contre le sionisme et à renforcer leurs liens avec les Palestiniens. Une source du ministère des Affaires étrangères israélien reconnaît que le mouvement de boycott a pris une ampleur sans précédent et précise qu'il a atteint un tournant.

«Dans le passé, le mouvement de boycott n'agissait que dans l'arène politique», indique une source du ministère des Affaires étrangères en faisant référence aux actions de protestation qui se sont, par exemple, tenues devant les ambassades des pays qui soutiennent la politique d'Israël. Mais depuis, ce mouvement a pris une autre forme, il touche davantage la société civile selon cette même source. «Le mouvement de boycott contre Israël s'établit dans tous les domaines, et nous avons besoin de préparer des contre-arguments, des arguments juridiques et autres. Notre déploiement sur le terrain est essentiel».

Les campagnes de boycott visant Israël et ses produits se sont multipliées ces dernières années en Europe mais aussi aux Etats-Unis. De nombreux responsables politiques à l'instar du Premier ministre français Manuel Valls ont dénigré ces initiatives. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales