Le président Erdogan dénonce le soutien américain aux rebelles kurdes

Source: Reuters

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a fustigé les Etats-Unis pour leur soutien militaire aux rebelles kurdes en Irak et en Syrie du Parti de l'union démocratique (PYD) qui luttent contre les combattants de l'Etat islamique.

Il a accusé Washington de créer une «mer de sang» en ne reconnaissant pas comme terroristes les membres du PYD et sa branche armée soutenu en Syrie par l'armée américaine dans leur combat contre Daesh. Cette organisation kurde est une ramification du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) de Turquie.

Dimanche dernier, le chef d'Etat de la Turquie s'est offusqué qu'une délégation comprenant Brett McGurk, l'envoyé spécial du président américain pour la coalition internationale anti-djihadiste, ait rencontré des représentants de l’YPG lors d’un week-end à la fin du mois de janvier. Le parti kurde a pris le contrôle absolu de la ville de Kobané en juin dernier. «Est-ce que je suis votre partenaire ? Ou bien ce sont les terroristes de Kobané ?», avait alors déclaré le président.

Le président turc est sous la pression de l'Union européenne pour autoriser près de 30 000 réfugiés syriens fuyant les combats à Alep à entrer sur le territoire de la Turquie. Le gouverneur de la province frontalière turque, Suleyman Tapsiz, a indiqué que ce flux pourrait s'élever à 70 000 personnes.

Les autorités turques mènent actuellement une campagne militaire contre les militants kurdes du PKK dans le sud et l'est de la Turquie. Le mois dernier, le président Erdogan a une nouvelle fois refusé de chercher une solution pacifique au conflit, qui a débuté en 1984 et qui a coûté la vie à 40 000 personnes, principalement des Kurdes. Il a promis que «ceux portant les armes à la main et ceux qui les soutiennent paieront le prix de la trahison», faisant référence aux combattants kurdes, qualifiés de terroristes par le gouvernement.

Lire aussi : Violées par Daesh, elle prennent les armes et forment le bataillon «femmes du soleil»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales