Racisme, sexisme et autres dérapages prospèrent toujours sur Internet

Source: Reuters

Selon une étude reposant sur les chiffres de Netino, une société française spécialisée dans la modération des espaces participatifs, le nombre de contenus offensants rejetés a augmenté de 3% en 2015.

Internet, et au premier plan les réseaux sociaux, sont devenus de véritables agoras où les utilisateurs peuvent échanger sans limite. Cette liberté a pourtant des effets pervers, la parole libérée a en effet engendré son lot de dérapages. Un constat qui révulse Philippe Cohen, président et fondateur de l'association Respect Zone.

«La haine sur le web se porte malheureusement très bien», déplore-t-il alors que se tient aujourd'hui la Journée mondiale de l'Internet sans crainte. En 24 heures, quelques internautes sont en mesure de poster sur le web plus de 200 000 messages haineux. Une tendance qui ne risque pas de s'inverser depuis les derniers actes de terrorisme sur le territoire français. «Les attentats de Paris ont accéléré les amalgames religieux», affirme le président-fondateur.

Le sentiment d'impunité accentue le nombre de victimes

Utilisateur, comme spécialistes du web, tous s'accordent à dire que le sentiment d'impunité qu'éprouvent les auteurs de dérapages sur internet demeure le problème majeur. La plupart du temps, les victimes lassées d'être sans cesse la cible d'attaques malsaines sur les réseaux sociaux ferment leur compte sans poursuivre en justice les auteurs de ces attaques. Plusieurs personnalités écœurées par de tels comportements ont publiquement fait état de leur volonté de ne plus communiquer via les réseaux sociaux. «L'impression d'anonymat sur Internet mais aussi la banalisation de certaines insultes dans le langage courant, entre adolescents notamment, font des ravages. On se traite de bâtard entre amis, en oubliant que le mot est une insulte quand il s'adresse à un internaute lambda...», observe Sylvie Angel, psychiatre et thérapeute familiale.

La guerre contre les agresseurs du web a démarré

Si le signalement de contenus jugés offensants ou encore illégaux demeure la démarche la plus utilisée par les victimes, certains se sont improvisés justiciers du web en humiliant les auteurs de ces attaques. C'est le cas d'une association brésilienne qui a décidé de mener une campagne inédite contre le racisme sur internet. Grâce à la géolocalisation, elle est parvenue à démasquer les auteurs de propos racistes proférés sur les réseaux sociaux et a décidé d'afficher leurs commentaires sur des panneaux publicitaires géants.

En France, le quotidien Nord Littoral a décidé de dévoiler «un mur de la honte» en publiant l'identité des auteurs de commentaires racistes dont la plupart visaient les migrants de Calais. 


Lire aussi : Commentaires racistes : un haut responsable de Facebook sous le coup d'une enquête en Allemagne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales