Commentaires racistes : un haut responsable de Facebook sous le coup d'une enquête en Allemagne

L'Allemagne s'attaque sérieusement au problème des commentaires racistes sur Facebook Source: Reuters
L'Allemagne s'attaque sérieusement au problème des commentaires racistes sur Facebook

Depuis plusieurs semaines, les autorités allemandes font la chasse aux commentaires haineux sur internet, et reprochent à Facebook son inaction. Une enquête vient d'être ouverte contre le numéro 1 de Facebook en Europe.

La justice allemande a visiblement décidé de prendre le sujet au sérieux. Selon Der Spiegel, le procureur d’Hambourg a lancé une enquête contre Martin Ott, le directeur général de Facebook pour l’Europe. Il devient le quatrième personnage haut placé de Facebook sur qui la justice allemande a ouvert des investigations.

Cette enquête se concentre, en Allemagne, sur les messages de haine que le réseau social laisse passer. Une plainte avait ainsi été déposée par un avocat bavarois qui avait montré que Facebook ne supprimait pas, malgré des signalements, des messages racistes, ou montrant des symboles nazis.

En savoir plus : Bild s'attaque aux commentaires haineux sur Internet et publie les noms de leurs auteurs

En vertu du code pénal allemand, l’incitation à la haine est passible de cinq ans de prison. Et ceux qui diffusent des écrits incitant à la haine, mais aussi ceux qui les diffusent, Facebook donc, encourent jusqu’à trois ans de prison. Le procureur d’Hambourg considère ainsi que Martin Ott est, au final, responsable de ces commentaires haineux. Le procureur va toutefois devoir déterminer s’il y a suffisamment de preuve pour faire condamner le numéro 1 européen de Facebook.

Facebook est depuis plusieurs semaines accusé, en Allemagne, de ne pas suffisamment agir contre les commentaires racistes. Mark Zuckerberg en personne a promis à Angela Merkel que la société ferait plus pour combattre les commentaires racistes. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales