Pour Marine le Pen «la liberté de circulation mène l'Union Européenne au chaos et la violence»

Marine le Pen© Alessandro Garofalo Source: Reuters
Marine le Pen

Plusieurs partis eurosceptirques européens se sont rassemblés pour un grand meeting à Milan, afin de débattre autour des alternatives pour l'Europe. La présidente du FN s'y trouvait avec les membres de son groupe Europe, Nations et Liberté.

Au cours de son intervention, Marine le Pen a repris à son compte les annonces alarmistes de dirigeants européens mettant en garde sur un possible effondrement de l'UE :«Manuel Valls en France, Jean-Claude Juncker à Bruxelles, Christine Lagarde à Washington, tous s’affolent de la dislocation en cours de l’Union Européenne. Il est vrai que de toutes parts l’édifice européiste tel qu’ils l’ont eux-mêmes si maladroitement dessiné s’effondre» a-t-elle affirmé. «Mais je veux le faire savoir aux citoyens des nations d’Europe : ils n’ont rien à regretter de la fin de ce monde antique. Au contraire, ils ont tout à espérer du retour des nations et de leurs libertés» a-t-elle poursuivit.

Au cours de son discours, Marine le Pen a déclaré que «le projet européen tel qu’il a été dévoyé depuis des décennies via des traités adoptés sans véritable adhésion populaire, et par les derniers par intimidation, voir directement contre la volonté exprimée par les peuples, mène aujourd’hui à l’appauvrissement des nations d’Europe et pire, à leur mésentente».

Concernant l'Euro, Marine le Pen a quelque peu changé son discours, autrefois caractérisé par une position radicale de sortie unilatérale de la monnaie unique pour un retour au franc. Pour elle, l'Euro «cause une austérité inefficace sans fin, plombe nos économies» et «apporte la discorde entre les nations, et donc «la transformation d’une euro-monnaie unique en une euro-monnaie commune qui permette l’existence de monnaies nationales apparaît de plus en plus nécessaire». Marine le Pen a estimé que «seul le projet de souveraineté monétaire est le garant de la paix».

A propos de «la subversion migratoire voulue par Bruxelles et Berlin» la présidente du Front National a déclaré que «les peuples européens commencent enfin à se lever face à cette atteinte majeure à leur sécurité, à leur prospérité, et à leur identité». Marine le Pen a affirmé que «les terribles attentats de Paris ont prouvé qu’il était impossible de laisser ainsi entrer puis laisser circuler librement ces millions de personnes que l’on nous sommait d’accepter sans broncher sur nos territoires» au risque de voir le continent être submergé par le «chaos et la violence».

Concernant les évènements de Cologne, la prétendante à la présidence de la République a affirmé qu'ils avaient «révélés les menaces que l’immigration de masse faisait peser sur les droits des femmes et la pérennité de la civilisation occidentale».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales