Une employée poignardée à mort dans un centre pour réfugiés suédois

© Daniel Munoz Source: Reuters

Une jeune femme a été poignardée lors d’une bagarre dans un centre pour réfugiés mineurs non-accompagnés dans le Sud de la Suède. L’employée du centre a succombé à ses blessures.

La police de la ville de Molndal a été alertée après qu’une dispute ait éclaté dans un centre de réfugiés local pour enfants et adolescents vers 8 heures du matin le 25 janvier. Une employée du centre de 22 ans a été hospitalisée avec une blessure grave, mais la malheureuse n’a pas survécu.

«La femme qui a été transportée à l’hôpital de Sahlgrenska ce matin est morte à cause des blessures qu’elle a reçues lors d’une altercation, ses proches ont été informés», a confié le porte-parole de la police, Christer Fuxborg, au journal Aftonbladet.

Une enquête a été lancée, selon la police. L’incident sera qualifié de meurtre ou d’homicide, cela dépendra des intentions du suspect.

L’assaillant qui habite dans le centre a été arrêté et reste en détention. Son identité n’a pas encore été confirmée. On ne sait pas combien de résidents ont été engagés dans la dispute. Six ou sept personnes auraient été détenues pour interrogatoire, mais la barrière de la langue pose des problèmes aux autorités.

«Il est difficile pour nous de communiquer parce que certains d’entre eux ne parlent pas suédois. Nous sommes en train d’apprendre ce qui s’est passé», a déclaré Christer Fuxborg, rapporte le journal Göteborgs-Posten.

Amal Hassan, une collègue de la femme décédée, est arrivée sur les lieux dès qu’elle a appris ce qui s’est produit.

«Je suis choquée. Tous ceux qui habitent ici sont très gentils. Il n’y a pas eu de problèmes auparavant», a-t-elle confié au Göteborgs-Posten.

En savoir plus : Suède : un élève syrien accusé d'avoir poignardé à mort un camarade de classe âgé de 15 ans

Le centre de Molndal est un établissement privé qui a été ouvert en septembre dernier. Dix réfugiés adolescents y habitent à l’heure actuelle.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales