Un médiateur de l’ONU tué à la frontière libano-israélienne

(REUTERS/Maruf Khatib)Source: Reuters
(REUTERS/Maruf Khatib)

Un missile antichar tiré par le Hezbollah a frappé des véhicules de l’armée israélienne dans la région de Har Dov près de la frontière libano-israélienne. Tsahal a répliqué par des bombardements qui ont tué un observateur des Nations unies.

L’armée israélienne a reconnu que deux soldats avaient été tués et plusieurs autres blessés.

Israël a répondu à cette attaque du Hezbollah en tirant 25 obus d’artillerie du côté libanais de la frontière, blessant un médiateur de l’ONU d’origine espagnole. Mais un porte-parole de l’ONU a confirmé plus tard dans la journée le décès du caporal Franciso Javier Soria Toledo, âgé de 36 ans.

Le Hezbollah a revendiqué l’attaque sur les militaires israéliens qui, selon ses mots, a fait des victimes dans « les rangs de l'ennemi ». Dans une déclaration de l’organisation chiite, c’est un groupe dénommé « le groupe des martyrs de Quneitra » qui a perpétré l’attaque. Quneitra est le nom d’une zone du plateau du Golan, ce qui laisse penser que cette attaque s’est faite en représailles du raid aérien effectué le 18 janvier par Israël sur les hauteurs de Golan. Six combattants du Hezbollah d’origine libanaise, ainsi qu’un général iranien avaient péri dans cette opération.

En savoir plus : un général iranien tué par une frappe aérienne israélienne

Les habitants de la région ont reçu l’ordre de rester chez eux. « Tous les habitants ont été priés de rentrer à la maison et de fermer portes et fenêtres jusqu’à nouvel avis », a déclaré un responsable de Tsahal, cité par Times of Israel.

Source: Google Maps
Source: Google Maps

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales