La police interdit la première manifestation du mouvement PEGIDA en Suisse

© Fabrizio Bensch Source: Reuters

Les forces de l’ordre de Bâle ont banni la première manifestation anti-Islam du mouvement allemand PEGIDA dans le pays, ainsi qu’un contre-rassemblement organisé par des groupes de gauche, en raison de possibles troubles à la sécurité.

«La police cantonale de la ville de Bâle a décidé de retirer l’autorisation accordée aux deux manifestations prévues le 3 février», a annoncé un communiqué de presse.

Selon les autorités, la «participation attendue de plusieurs groupes portés sur la violence des deux côtés, de Suisse et de l’étranger, a mené à cette décision». La police suisse évoquait d’une part le rassemblement de PEGIDA, et d’autre part la contre-manifestation à laquelle avaient appelé les Jeunes Socialistes de Bâle, ainsi que les Jeunes Ecologistes du nord-ouest de Suisse.

Le groupe des Patriotes Européens Contre l’Islamisation de l’Occident (PEGIDA) est né en Allemagne, où des centaines de personnes de la mouvance se rassemblent régulièrement dans la ville de Dresden, à l’est, faisant monter la crainte, sur place, d’une radicalisation de l’extrême-droite.

Plus tôt ce mois-ci, la police anti-émeute allemande a interrompu par la force une manifestation de l'organisation anti-Islam à Cologne, après que des demandeurs d’asile aient été identifiés comme ayant perpétré les agressions sexuelles de femmes lors du réveillon de Nouvel An.

La police a déclaré que 1 700 personnes avaient participé à ce rassemblement, qui critiquait la politique de porte ouverte de la chancelière allemande Angela Merkel, à l’égard des réfugiés. L’Allemagne a ainsi fait entrer environ 1,1 million de migrants sur son sol en 2015.

En savoir plus : Gaz lacrymogène et canons à eau contre les manifestants de PEGIDA à Cologne

En Suisse, la formation politique anti-immigration du Parti populaire de Suisse (SVP) a remporté le meilleur score (près de 30% des votes) lors des élections parlementaires d’octobre. Peu avant, un référendum avait restreint les droits des étrangers vivant dans le pays.

Néanmoins, la branche suisse du mouvement PEGIDA reste pour le moment ultra-minoritaire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales