L’application de messagerie anonyme israélienne Blindspot au centre d’une vive controverse

Sous ce clin d'oeil aguicheur, se cache-t-il le mal absolu ?© Capture d'écran Twitter
Sous ce clin d'oeil aguicheur, se cache-t-il le mal absolu ?

Ultra-populaire en Israël, cette nouvelle application permet d’envoyer des textos à ses contacts en tout anonymat… Mais des critiques redoutant qu'elle ne favorise le harcèlement moral foisonnent des journaux jusqu'au parlement.

Qualifiée de «prochaine grosse application de messagerie» par le magazine économique américain Forbes, il pourrait s’agir du successeur de Whatsapp. Déjà téléchargée plus d’un demi-million de fois depuis son lancement en décembre en Israël, l’application Blindspot permet d’envoyer des messages, photos ou vidéos à un destinataire, sans que celui-ci sache de qui vient le message.

La polémique s’empare de la presse nationale

Et c’est précisément cet anonymat qui la différencie des autres logiciels de messagerie, la plaçant au centre des critiques.

Ainsi, Adam Shafir, journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, se méfie de cette nouvelle arrivée sur le marché des télécommunications. Il évoque le cas de Secret, une application similaire qui avait fini par être bannie suite à des plaintes intempestives. Le spécialiste explique à l’agence de presse française AFP qu’avec de tels programmes, «on voit beaucoup de harcèlement sexuel, [de la part de] types qui envoient des commentaires à des filles sur leur corps, sur des choses qu'ils voudraient faire avec elle».

Le blogueur israélien Eli Weissbart estime quant à lui que «ce joli smiley [le logo de l’application] est une voie royale vers l’humiliation, une porte ouverte vers le mal».

Le parlement s’empare de la question

Faisant suite à la controverse, le comité du Parlement israélien spécialisé dans la technologie, s’est rassemblé lundi 18 janvier pour discuter de la question. La députée travailliste Merav ben Ari a alors expliqué que, durant toute la séance, au cours de laquelle la lettre d’un jeune garçon victime de harcèlement a été lue, «nous n’avons pas entendu une seule chose positive à propos de cette application». Elle a ajouté que «si vous avez quelque chose de gentil à dire, vous ne l’enverriez pas de manière anonyme». La femme politique s’est enfin inquiétée du risque que les plus jeunes individus, confrontés au harcèlement sur leur téléphone portable, pourraient être poussés au suicide.

Lire aussi : Harcèlement sexuel, LGBT et corruption : les magouilles de pouvoir en Israël

Le groupe Shellanoo, qui a développé le logiciel s’est lui défendu de toutes ces critiques, insistant sur le fait que «chaque utilisateur peut bloquer n’importe quel message en appuyant sur un simple bouton. Si seulement nous pouvions agir de la sorte dans la vraie vie, lorsque quelqu’un autour de nous agit de manière inappropriée», conclut le communiqué de presse de la compagnie.

Une application cofondée par le frère de Bar Rafaeli et financée par des stars

Le frère de la célèbre top-modèle israélienne Bar Rafaeli est l’un des fondateurs de Blindspot, qui devrait voir le jour d’ici quelques mois aux Etats-Unis et en Europe.

Lire aussi : La top-modèle Bar Rafaeli sur le point d'être épinglée par le fisc israélien

Le logiciel a été lancé par l’entreprise israélienne Shellannoo, qui est financée par diverses célébrités telles que la sulfureuse chanteuse américaine Nicki Minaj, le membre du groupe Black Eyed Peas will.i.am, ou encore le milliardaire russe et patron du club de football anglais Chelsea, Roman Abramovich.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales