«Sans blague, le blanc doit être en haut ?» Le drapeau russe sens dessus dessous à Zurich

© Ruptly

Le département d’Etat américain manque semble-t-il d’attention quant aux petits détails des relations russo-américaines : le drapeau russe a été suspendu sens dessus dessous dans une salle avant une rencontre entre les diplomates des deux pays.

En prévision de négociations clés à Zurich entre le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov et le secrétaire d’Etat américain John Kerry sur l’avenir de la Syrie, la situation dans le Moyen-Orient et le conflit en Ukraine, les responsables du département d’Etat se sont trouvés dans l’embarras lorsqu’un caméraman a signalé que le drapeau russe dans la salle de réunion n’était pas accroché correctement.

Alors que le secrétaire d'Etat adjoint des Affaires publiques Glen Johnson conduisait les journalistes vers une salle d’attente avant l’arrivée des diplomates, un caméraman a averti le responsable de l’erreur évidente.

«Glen, le drapeau russe est sens dessus dessous et les couleurs sont à l’envers», a noté le caméraman.

«Quoi, tu es sérieux ?» a répondu Johnson. «Sans blague ?»

«Sûr et certain», a confirmé le journaliste.

«Donc c’est le blanc qui doit être en haut ?» a vérifié Glen Johnson, juste à temps pour sauver la face avant les négociations.

Le drapeau russe est tricolore et composé de trois bandes horizontales blanche, bleue et rouge.

En 2009, le caméraman n’était malheureusement pas là pour corriger la précédente erreur diplomatique de l’équipe du département d’Etat, dirigé alors par l’ancienne secrétaire Hilary Clinton. Un cadeau symbolique offert à Sergueï Lavrov, qui devait incarner le dégel des relations russo-américaines, s’est transformé en un embarras pour la partie américaine.

En savoir plus : Hillary Clinton candidate aux présidentielles américaines? Rappelons-nous de ses meilleures gaffes

Sur le cadeau, un bouton de réinitialisation symbolisant le «redémarrage» des relations, l’équipe des Etats-Unis avait écrit le mot «peregruzka». Cependant, ce n’était pas la bonne traduction du mot «redémarrage» en russe, une erreur qui n’avait pas échappé à l'attention du chef de la diplomatie russe qui s’était permis une légère remarque.

Source: Reuters

«C’est en fait incorrect», a alors souri Sergueï Lavrov, en expliquant que l’inscription signifiait «surcharge» (le mot correct à utiliser serait dans ce cas «perezagruzka»). Le ministre a néanmoins remercié Clinton pour ses intentions chaleureuses.

Grâce au caméraman attentif, une nouvelle bourde a été évitée à Zurich.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales