Un jeu vidéo où les joueurs doivent tuer des autochtones australiens retiré des ventes

Un jeu vidéo où les joueurs doivent tuer des autochtones australiens retiré des ventes© Capture d'écran Twitter.
Une capture d'écran du jeu.
Suivez RT France surTelegram

Apple et Google viennent de retirer de leur plateforme d’applications le jeu Survival Island 3 - Australia Story 3D après un véritable tollé du public provoqué par sa violence. En effet, l'un des buts principaux du jeu est de tuer des aborigènes.

Dans Survival Island 3 - Australia Story 3D, initialement proposé pour smartphones, les joueurs marquaient des points notamment en frappant et en tuant le plus d’autochtones possible.

«Votre but est de survivre», tel était le slogan du jeu mis en vente le 12 janvier dernier sur la plateforme de téléchargement iTunes. Et les explications sont pour le moins explicites :

«Méfiez-vous des animaux sauvages, surtout si vous ne disposez pas d’une arme. Les nuits sont particulièrement dangereuses, essayez de vous cacher dans un lieu sûr. Pour vous nourrir et survivre vous devrez chasser et cultiver des plantes», annonce le jeu, avant d’ajouter : «Vous devrez également combattre les autochtones. N’oubliez pas que vous avez envahi leur terre».

Une capture d'écran utilisée pour promouvoir le jeu sur iTunes montre notamment une alerte avec l’inscription «Méfiez-vous des Aborigènes !».

Sorti le 12 janvier au prix de 4,49 dollars australiens (2,80 euros), le jeu était interdit au moins de 12 ans pour ses «décors réalistes» et ses thèmes «d’horreur et de peur».

Une série de vidéos postées sur YouTube par R2 Darksaber, un utilisateur de Survival Island 3, montre le joueur en train de commenter une partie. A un moment, dans la vidéo, on l’entend notamment dire qu’il «cherche des indigènes», avant de le voir massacrer un aborigène à la hache en riant de bon cœur.

Une pétition a été lancée sur Change.org appelant à ce que le jeu soit supprimé. Elle a déjà récolté près de 50 000 signatures.

Son initiatrice Georgia Mantle, a expliqué au Guardian Australia l'avoir lancé après avoir découvert une capture d'écran du jeu sur Twitter qu'elle a ensuite étudié avec son groupe de discussion Facebook sur les collectivités autochtones.

«Le fait que ce jeu vous encourage à tuer des gens sur la base de leur race le rend très différent de tous les autres jeux violents», a-t-elle expliqué au Timor Leste.

Elle a indiqué avoir été informée par Apple et Google que le jeu avait été retiré des téléchargements. Mais elle ne compte pas en rester là. 

«Je voudrais voir et entendre des excuses des développeurs. Supprimer le jeu sans bruit n'est pas suffisant», a-telle expliqué.

Lire aussi : Travail, pornographie, jeux vidéos et éducation, ce que Google dit des obsessions africaines

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix