Centrafrique : des casques bleus accusés d’avoir payé des mineures pour des faveurs sexuelles

Centrafrique : des casques bleus accusés d’avoir payé des mineures pour des faveurs sexuelles© Media Coulibaly Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

Une enquête interne des Nations unies révèle que des casques bleus déployés en République centrafricaine sont accusés d’avoir eu des rapports sexuels avec des filles âgées de moins de 13 ans dans un camp de réfugiés.

Au moins quatre casques bleus sont accusés d’avoir eu des relations sexuelles avec des prostituées mineures dans le camp de M'Poko, situé près de l’aéroport international de Bangui, la capitale du pays, rapporte le Washington Post.

Les filles étaient proposées aux soldats «pour des sommes allant de 50 cents à 3 dollars», a confié au journal américain une source qui a souhaité garder l’anonymat.

Quant aux nationalités des soldats accusés, elles n’ont pas été communiquées par l’ONU de façon officielle, mais selon les sources du Washington Post, il pourrait s’agir de Français, Gabonais, Marocain et Burundais.

D’après certains officiels, de nombreuses autres affaires d’exploitation sexuelle par des casques bleus dans ce camp n’ont pas fait surface.

«Le camp de M'Poko est malheureusement un endroit horrible, [où] des choses inacceptables arrivent à des femmes et à des enfants», a fait savoir Anthony Banbury, sous-Secrétaire général à l'appui aux missions de l'ONU.

«Dans certains cas, nous disposons d’allégations crédibles imputant ces crimes aux personnels des Nations unies», a-t-il poursuivi. Pour Anthony Banbury, ces abus perpétrés par des casques bleus «sapent tout» ce que l’organisation protège.

Le nombre des patrouilles de l’ONU stationnées dans le camp M’Poko qui abrite quelque 20 000 réfugiés, majoritairement chrétiens, sera augmenté afin d’enrayer les activités de ce réseau de prostitution.

La mission de l’ONU en Centrafrique a commencé en 2014 afin d’aider à mettre fin à la guerre civile que connaissait le pays, mais elle a été marquée par de nombreuses allégations d’agressions sexuelles.

Aller plus loin : d’autres cas d’abus sexuel par les casques bleus pourraient être révélés

Au total, 22 cas d’abus ou d’exploitation sexuelle ont été imputés à des soldats de la mission de l’ONU en Centrafrique au cours des 14 derniers mois.

Le représentant spécial de l'ONU dans le pays, Babacar Gaye, l’ancien général sénégalais a été démis de ses fonctions et une enquête interne a été diligentée en raison de deux problèmes survenus en août dernier : deux femmes et une fille ont accusé de viol trois casques bleus dans la ville de Bambari, la fille, âgée de 12 ans, affirmant avoir été contrainte d'avoir des rapports sexuels par un agent de police de l’ONU.

Avant le début officiel de la mission de l’ONU en Centrafrique, 14 soldats français, tchadiens et de Guinée équatoriale avaient été accusés d’avoir violé et sodomisé six garçons âgés de 9 à 15 en 2013 et en 2014.

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix