Marseille : les juifs appelés à ne pas porter de kippa en public

Source: Reuters

Suite à l'agression à la machette d'un enseignant juif, le président du Consistoire israélite de Marseille invite ses coreligionnaires à ne pas s'afficher avec leur kippa, jusqu'à ce que le calme revienne. Un point de vue qui ne fait pas l'unanimité.

«Malheureusement pour nous, on est ciblés: dès qu'on est identifiés, qu'on est juifs, on peut être agressés et même risquer la mort. Là, on a franchi un pas d'une extrême gravité», explique Zvi Ammar, président du Consistoire israélite de Marseille, au lendemain de l'agression à la machette d'un professeur juif.

Saluant les mesures de l'Etat français qui selon lui «fait tout» pour assurer à la communauté juive le maximum de protection, il maintient néanmoins son appel à la prudence et à la discrétion, au nom du fait qu'on ne va pas mettre «un policier, un gendarme ou un militaire derrière chaque juif». 

Une position que d'autres autorités juives de France ne soutiennent pas forcément : «Nous ne devons céder à rien, nous continuerons à porter la kippa», claironne le grand rabbin de France à l'AFP. 

Le Crif quant à lui, dénonce une attitude «défaitiste, de renoncement». 

Sur twitter, où la polémique est vive, les propos sont moins modérés. Certains n'hésitent pas à vivement dénoncer la proposition du président du Consistoire, qu'ils jugent être une capitulation face à l'actualité sordide. 

La communauté juive de Marseille compte quelque 70 000 membres sur une population de 855 000 habitants, selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), ce qui en fait la deuxième plus importante de France derrière Paris et sa région, et une des plus nombreuses d'Europe également.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales