Un professeur juif légèrement blessé à Marseille : l'agresseur se revendique de l'Etat islamique

- Avec AFP

La machette utilisée par l'agresseur à Marseille © Capture d'écran Twitter
La machette utilisée par l'agresseur à Marseille

Un mineur, affirmant «avoir agi au nom de Daesh», a blessé légèrement avec une machette un homme qui portait une kippa lundi matin à Marseille, en pleine rue, avant d'être interpellé par la police et de revendiquer un geste antisémite.

L'adolescent de nationalité turque et d'origine kurde, qui aura 16 ans la semaine prochaine, a répété «avoir agi au nom de Daesh», a dit M. Robin, lors d'une conférence de presse, précisant que cette revendication avait eu lieu au moment de son interpellation et non de l'agression. Pour le procureur, «il s'agit à l'évidence d'une agression à caractère antisémite» avec une «forme de préméditation», et que le profil de l’agresseur «semble être celui d'une personne radicalisée via internet».

 Le jeune homme a porté des coups à la victime devant la mairie du 9e arrondissement de Marseille, devant des témoins, et a laissé l'arme sur place, a précisé cette source. La victime a été légèrement blessée au dos et à la main.

Parti en courant, l'auteur présumé a été interpellé dix minutes plus tard par la brigade anticriminalité (BAC). «Il s'agit d'un individu très excité, mais qui revendique clairement son acte, qu'on peut qualifier d'antisémite», a indiqué une source proche du dossier.

«L'individu ne semble pas jouir de toutes ses facultés», a précisé une autre source proche du dossier. «L'affaire est prise très au sérieux par les enquêteurs», a expliqué la source policière.

Selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), la victime est un enseignant d'une école juive. «L'enseignant de l'école juive a subi des blessures aux mains, s'est défendu et a mis en fuite son agresseur», écrit le Crif sur son compte Twitter. «L'enseignant de l'école juive a été poursuivi sur 50 mètres, sur le chemin de son travail».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales