Un rapport de l’OTAN juge l’armée afghane inapte à sa mission

Un rapport de l’OTAN juge l’armée afghane inapte à sa mission© Abdul Malik Source: Reuters
Des soldats de l'Armée nationale afghane

La sécurité en Afghanistan en 2016 risque d’empirer : l’armée afghane a perdu le tiers de ses effectifs. Un rapport secret de l’OTAN, que le journal allemand Der Spiegel a parcouru, indique que l’armée n’est pas à même de remplir ses fonctions.

Les passages du document de l’OTAN classifié, auxquels Der Spigel a eu accès, révèlent que malgré l’assistance financière internationale de plusieurs milliards de dollars, l’Armée nationale afghane (ANA) reste à peine capable de s’acquitter de ses fonctions, en tant que force militaire.

Une seule, des 101 unités d’infanterie que compte l’armée afghane, a été qualifiée par le rapport de prête au combat. 28 unités éprouvent, toujours selon le rapport de l’Alliance, «des problèmes importants», qui jute en outre que dix bataillons de 600 soldats chacun ne sont pas opérationnels.

Selon les données fournies dans ce rapport par le général américain John F. Campbell, le commandant en chef des forces américaines en Afghanistan, 12 des 17 bataillons stationnés dans les provinces de Kandahar et de Zaboul, attaquées par les talibans, disposent d’une préparation «limitée».

Un autre problème important, c’est le nombre de morts qui a augmenté de 42% en 2015 par apport à 2014. Au total, l’armée afghane a perdu 8 000 personnes, une moyenne de 22 soldats par jour en 2015. De plus, le taux de désertion a également augmenté, nombreux sont les soldats de l’ANA qui ont rejoint les rangs des talibans. Il faut savoir que l’ANA a perdu le tiers de son personnel l’année dernière.

Un an après le retrait du contingent militaire international du pays, les Talibans ont pris le contrôle de vastes territoires dans les provinces de Helmand et de Kandahar au sud de l’Afghanistan. Les forces de sécurité gouvernementales ont été chassées de la plus grande partie des provinces de Kunduz et de Badakhstan, au Nord du pays, où les combattants islamistes peuvent pour le moment circuler presque librement.

De plus, en dépit de son conflit ouvert avec les Talibans, Daesh essaie aussi de conquérir des régions afghanes, une menace supplémentaire pour la sécurité de la région dans son ensemble.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»