Jérusalem annonce le licenciement de 2 000 employés municipaux

- Avec AFP

Jérusalem.© Wikipédia
Jérusalem.

La municipalité de Jérusalem, confrontée à une crise financière sans précédent aggravée par les attaques palestiniennes de ces derniers mois, va supprimer plus de 2 000 emplois municipaux, selon un communiqué diffusé le 1er janvier.

Cette décisionle 31 décembre intervient alors que le maire de Jérusalem, Nir Barkat, est engagé dans un bras de fer avec le ministère des Finances depuis plusieurs mois pour obtenir des rallonges budgétaires.

«C'est une décision très difficile mais, à mon grand regret, nous n'avons pas le choix», faute d'aides de la part du ministère, a déclaré Nir Barkat, cité par le communiqué de ses services.

Il a précisé que 170 employés travaillant dans le nettoyage avaient déjà reçu leur lettre de licenciement. Les secteurs de la culture, de la protection sociale, de l'éducation et de la sécurité seront aussi touchés.

La municipalité de Jérusalem emploie directement 8 000 personnes et des milliers d'autres sont employées par différentes agences et associations mandatées par la mairie, a indiqué une porte-parole Nir Barkat.

«Dans une période d'attaques terroristes comme celle-là, nous nous attendons à recevoir du soutien et pas à rencontrer de l'indifférence», a déploré le maire de Jérusalem.

Lire aussi : Deux Palestiniens ont attaqué trois Israéliens au couteau près de la vieille ville de Jérusalem

Selon la presse, il demande depuis des semaines une rallonge budgétaire de 450 millions de shekels (environ 106 millions d'euros) au ministre des Finances Moshé Kahlon, qui la lui refuse.

Moshe Kahlon a cependant débloqué 100 millions de shekels (environ 24 millions d'euros) pour aider les commerçants de la ville sainte, dont l'activité a été durement touchée par la vague d'attaques anti-israéliennes commis pour la plupart à l'arme blanche, qui touche aussi bien Jérusalem, que la Cisjordanie occupée ou, dans une moindre mesure, d'autres villes israéliennes depuis début octobre.

Selon la presse, le ministre israélien des Finances motive son refus d'octroyer à Nir Barkat les fonds qu'il réclame en l'accusant d'être un mauvais gestionnaire.

Le budget de Jérusalem souffre d'un déséquilibre chronique causé par la faiblesse relative du nombre de grandes entreprises installées dans la ville et par la pauvreté d'une partie importante de ses habitants, qui ne paient pas d'impôts municipaux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales