Une «partouze» entre policiers et militaires dans un commissariat belge en pleine alerte terroriste

Soldat belge dans Bruxelles© reuters Source: Reuters
Soldat belge dans Bruxelles

Selon le journal belge La dernière Heure, une partouze aurait eu lieu il y a un mois dans un commissariat de la ville de Ganshoren. D’après leurs informations 8 militaires et 2 policières seraient impliqués.

La dernière Heureraconte une histoire plutôt surprenante. Le journal belge rapporte qu’une partouze se serait déroulée il y a moins d’un mois dans un commissariat au nord-ouest de Bruxelles, dans la ville de Ganshoren. Cette histoire impliquerait deux policières et huit militaires.

Alors que le niveau d’alerte terroriste a été renforcé au niveau 4 à Bruxelles, près de 20 militaires belges ont été hébergés par le commissariat en question. Un étage a même été transformé en dortoir pour l’occasion. Le journal belge explique : «Pour éviter les longs déplacements vers leur caserne, ces militaires restaient ainsi dormir au commissariat de Ganshoren, une fois leur service terminé, à savoir dès 22 h, chaque soir. [...] À l’arrivée des militaires dans ce commissariat, plusieurs policiers de la division de Ganshoren ont affirmé que leurs collègues féminines étaient déjà «toutes chaudes et toutes folles» à l’idée de recevoir ces hommes en uniforme.»

Selon leurs informations deux policières seraient donc passées à l’acte avec huit militaires avant de se faire surprendre par l’officier de police judicaire. Le journal belge a contacté Johan De Becker, le chef de corps qui a déclaré ne pas être informé «précisant que cette information n’était pas connue du service de contrôle interne de la zone et qu’aucune enquête à ce sujet n’avait dès lors été lancée.»

La Dernière heure termine son article par cette phrase en suspens «Ce qui ne signifie pas pour autant que les langues ne vont pas se délier dans les jours à venir.»

Affaire à suivre….

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales