Les Etats-Unis n'auraient pas épargné l'Allemagne en cas de conflit nucléaire avec l'URSS

Les Etats-Unis n'auraient pas épargné l'Allemagne en cas de conflit nucléaire avec l'URSS Source: Reuters
Archives, 1956
Suivez RT France surTelegram

Après que les Etats-Unis ont déclassifié un document confidentiel daté de 1959 sur les cibles destinées à une «destruction systématique», les Allemands regardent les Etats-Unis avec effroi car 91 d’entre elles se trouvaient en Allemagne de l’Est.

Si la période de la Guerre froide semble être d’une autre époque, son échos résonne encore aujourd’hui. D’après les estimations, si une bombe atomique avait était larguée sur Berlin-Est, la probable réduction en cendres de Berlin-Ouest en aurait un important dommage collatéral. Le souffle de l’explosion et les flammes de l’incendies auraient ravagé plusieurs dizaine des kilomètres carrés d’un coup.

Les Berlinois se montrent très choqués après la diffusion de ces informations. «Si cela s’était passé, je pense que toute l’Europe aurait été détruite. Mais je ne comprends pas comment on aurait pu le faire», a déclaré une Berlinoise dans une interview à RT.

«C’est hors de la compréhension rationnelle de l’homme !», a pour sa part précisé une autre Berlinoise.

«Plan des Etats-Unis lors de la Guerre froide : des bombes atomiques sur Berlin-Est ? Avec des amis comme ça, il n’y a pas besoin d’ennemis», a twitté Stefan Korner.

A l’époque, la liste des cibles potentielles des Etats-Unis assignées aux bombardiers atomiques comportait des sites militaires, des usines, des aérodromes, des agglomérations répartis dans toute l’Allemagne de l’Est qui était un endroit où l’Union soviétique avait disposé d’importantes base aériennes.

Les Etats-Unis n'auraient pas épargné l'Allemagne en cas de conflit nucléaire avec l'URSS© RT France

«Eh bien, les Russes auraient pu nous bombarder, c’est clair. Mais des bombes atomiques sur l’Allemagne de l’Est et Berlin Ouest comme dommage collatéral ?», s’est étonné Kai Schmalenbach.

«Berlin Ouest aurait pu être réduite en cendres comme dommage collatéral : les Etats-Unis possédaient des centaines de cibles pour leur bombes nucléaires en RDA…et si vous pensez qu’aujourd’hui les plans seraient différents, vous êtes bien naïfs», a également twitté Wenwundertskind.

«Berlin Ouest aurait pu être réduite en cendres comme dommage collatéral»

«De toute évidence, rien n’a changé là-bas. Les Etats-Unis rivalisent toujours avec la Russie, ou ses positions dans le monde, avec des armes nucléaires. Ils continuent de les mettre à niveau. Ils menacent les gens. C’est très effrayant car je pense qu’absolument rien n’a changé», a dévoilé l’écrivain et analyste politique Daniel Patrick Welch dans l’interview à RT.

Et tout ça se passe après les déclarations de l’ancien président américain John Kennedy sur l’attachement de son gouvernement aux idées pacifiques : «Notre engagement à défendre l’Europe de l’Ouest et, par exemple, Berlin Ouest reste irrévocable à cause de l’identité de nos intérêts vitaux». 

John Kennedy : «Notre engagement à défendre l’Europe reste irrévocable»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix