Somalie : au moins quatre morts dans un attentat à la voiture piégée

Le nuage de fumée témoigne de la violence de l'explosion. Source: Reuters
Le nuage de fumée témoigne de la violence de l'explosion.

Récemment prise pour cible par un groupe djihadiste local, la capitale somalienne, Mogadiscio, a été frappée par une violente explosion dans une rue bondée, précédée d'une fusillade.

Le bilan provisoire s'élève à quatre morts et neuf blessés, rapporte un responsable de la police. Néanmoins, ce chiffre va vraisemblablement augmenter, a déjà prévenu l'officier Nur Farah auprès de l'agence de presse allemande Reuters, précisant que l'endroit pris pour cible, «occupé par des hôtels et des supermarchés», était noir de monde.

Citant des sources policières, l'agence de presse française AFP rapporte que les coups de feu ayant précédé la déflagration auraient été échangés entre des hommes armés et les gardes du corps d'un responsable gouvernemental.

Ahmed Abdiweli, un responsable de la police somalienne a expliqué qu'«il y a eu des tirs venus d'une voiture» sur une route très fréquentée, et qui mène au palais présidentiel. C'est lorsque les forces de l'ordre sont arrivées sur place qu'un véhicule «bourré d'explosifs» a explosé.

On ne sait pas pour l'instant qui est derrière l'attaque, mais le groupe terroriste shebab Al-Shabbaab, affilié à Al-Qaïda a revendiqué des explosions similaires par le passé dans la région.

En novembre, cette organisation avait fait 12 morts en attaquant un hôtel à Mogadiscio.

Les islamistes shebab, qui ont été chassés de nombreux bastions somaliens depuis 2011, continuent toutefois de contrôler des zones rurales. C'est depuis celles-ci qu'ils mènent différentes attaques et attentats-suicides, prenant régulièrement pour cible les officiels du faible gouvernement somalien ou encore la force militaire de l'Union africaine en Somalie (Amisom) qui soutient celui-ci.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales